Carnaval au Brésil : les danseuses de la Silicon Vavalley


Date: 24 février 2003 à 23:52:01 CET
Sujet: Le Monde


Alors qu'en Martinique, la préoccupation principale pour le carnaval cette année est la sécurité, au Brésil on assiste à une surenchère dans l'utilisation de la chirurgie esthétique et du silicone pour atteindre l'idéal du corps parfait. Voyage dans la Silicon Vaval...ley.

Vous allez vraiment gagner du temps !

Samedi 22 février 2003 - 09:12 - SAO PAULO (Brésil) (AFP) -

A l'approche du carnaval, les danseuses de samba commencent à exhiber leurs corps parfaits, sculptés avec leurs dernières acquisitions, ces millilitres de silicone qui gonfle un marché de plusieurs millions au Brésil.

"Sans aucun doute le carnaval encourage les implants de silicone", affirme le président de la Société brésilienne de chirurgie plastique, Luiz Carlos Garcia.

Seins et derrières rebondis (au silicone) sont devenus pratiquement obligatoires pour les actrices de TV ou mannequins dénudés, en évidence sur les chars allégoriques, et qui représentent la meilleure publicité pour ce marché en expansion.

L'explosion de ce phénomène a eu lieu lors du carnaval de l'an 2000, quand la presse l'avait baptisé "Le carnaval du silicone". Et aujourd'hui la presse s'interroge "Que serait le carnaval de Rio sans le silicone?".

"Le carnaval incite les femmes à avoir recours aux implants. Dans les deux mois qui le précède nous avons une forte demande, à tel point que cette année nous avons manqué de certains produits pour les implants à la mode, ceux de plus grande taille", explique Isabel Coelho, gérante de Connections, qui importe les produits du fabricant américain McGhan.

"Avant, les femmes avaient une certaine réticence à en parler. Aujourd'hui, il existe une sorte de fierté à montrer les résultats", a-t-elle souligné.

Le Brésil arrive à la seconde place dans le monde pour le nombre d'opérations de chirurgie esthétique, derrière les Etats-Unis, un marché qui a connu une véritable explosion de 1998 à 2000 quand il a augmenté de 30% l'an.

Et en dépit de la crise économique interne, il a connu une croissance de 20% l'année dernière.

Le Brésil "est célèbre dans le domaine de la chirurgie esthétique, car le Brésilien aime exposer son corps, dans un pays chaud où il passe une bonne partie de l'année à la plage", a estimé le chirurgien Helton Castilho, un des quelque 4.000 chirurgiens plastiques du pays.

Et avec le temps les Brésiliennes sont devenues plus osées. Alors qu'il y a quelques années les implants de silicone pour les seins étaient de 160 à 180 millilitres, la demande en vogue dépasse aujourd'hui les 200 millilitres, souligne Helton Castilho.

Pour le carnaval de cette année, la tendance majoritaire a été de 300 millilitres, selon lui.

Mais les demandes d'implants de silicone ont augmenté aussi chez les hommes, notamment pour les fesses et les pectoraux, même si ce marché en est encore à ses débuts.

Le seul producteur de silicone du Brésil, la Silimed, qui exporte ses produits dans près de 50 pays, vient d'annoncer un investissement de 4,5 millions de dollars dans une nouvelle usine avec laquelle il devrait quintupler sa production qui s'est élevé l'an dernier à 150.000 unités.

En 2002, la Silimed a vendu 36.000 unités rien que sur le marché interne, 360% de plus qu'en 1998. Son objectif maintenant est d'inonder le marché des Etats-Unis.





Cet article provient de Assemblee Martinique News
http://www.assemblee-martinique.com/nuke/html

L'URL de cet article est:
http://www.assemblee-martinique.com/nuke/html/modules.php?name=News&file=article&sid=80