Assemblée Martinique News
Rechercher
Sujets
  Créer votre compte Accueil  ·  Sujets  ·  Téléchargements  ·  Votre compte  ·  Proposer un article  ·  Top 15  ·  Top Annuaire  
Menu
· Home
· Articles récents
· Exposition-Dossiers
· FAQ
· Suggestion
· Forum
· Liste des Membres
· Messages Privés
· Rechercher
· Archives
· Proposer un article
· Sondages
· Top 15
· Sujets d'actualité
· Annuaire de Sites Web Antillais
· Votre Compte

Qui est connecté ?
Il y a pour le moment 27 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

Rechercher


Sondage
Si vous aviez le choix, vous préféreriez vivre...

au Canada
en région parisienne
en Guyane Française
en province (France)
en Amérique du Sud (hors Guyane)
aux Antilles
en Afrique
à Londres
aux U.S.A
en Inde ou Asie
en Europe de l'Ouest (hors France)
Je suis bien là où je vis



Résultats
Sondages

Votes 2709

Régie Publicitaire



Annonces




Revue de Presse: L'outre-mer cherche à faire entendre sa voix
Posté le 12 août 2002 à 01:30:53 CEST par Phil

Informations Générales Jean-Marc Party - Le Monde - 11 août 2002

L'outre-mer cherche à faire entendre sa voix dans le débat sur la décentralisation.
Le débat sur la décentralisation intéresse au plus haut point les responsables politiques de trois des quatre départements d'outre-mer (DOM) : Guadeloupe, Martinique et Guyane.

Des travaux sont actuellement menés par des élus de Guadeloupe, Martinique et Guyane. Le "droit à l'expérimentation" reconnu à la Corse par M. Raffarin intéresse les indépendantistes.
Le débat sur la décentralisation intéresse au plus haut point les responsables politiques de trois des quatre départements d'outre-mer (DOM) : Guadeloupe, Martinique et Guyane.
Ayant choisi la Corse comme région pilote de sa réforme, Jean-Pierre Raffarin pourrait prendre en compte les travaux menés à Basse-Terre, Cayenne et Fort-de-France par les congrès des élus départementaux et régionaux depuis un an.

Ces instances, mises en place par la loi d'orientation pour l'outre-mer du 13 décembre 2001, ont pour objet de formuler toute proposition de nature à simplifier l'architecture institutionnelle dans les DOM. Sauf à la Réunion, où les élus n'ont pas souhaité être associés à ce processus.

Dans ces régions "monodépartementales", coexistent depuis 1983 un conseil régional et un conseil général. Avec ce que cela suppose de chevauchements de compétences, de gaspillages, et de luttes d'influence.

C'est pour combattre ces effets pervers que Lionel Jospin et son secrétaire d'Etat chargé de l'outre-mer, Christian Paul, avaient accédé à la requête du président du conseil général de Martinique et sénateur (app. PS), Clause Lise. Pour lui, le temps était venu d'inscrire dans la loi la possibilité pour les populations des DOM d'aménager l'écheveau complexe des pouvoirs des collectivités territoriales.
Le congrès a été pensé comme un espace de confrontation des projets élaborés essentiellement par les formations de gauche et les indépendantistes. La droite, parfois divisée, a néanmoins joué le jeu. A la Guadeloupe, Lucette Michaux-Chevry, sénatrice (RPR) à la tête de la région, a fini par réunir le congrès, à contrecœur, avant de le déclarer caduc, une fois Jacques Chirac réélu. Il est vrai qu'elle était porteuse d'un autre projet, la "déclaration de Basse-Terre", qui prônait l'instauration d'une région autonome dotée d'un statut social dérogatoire et d'un régime fiscal spécifique.

FUSION RÉGION-DÉPARTEMENT

A la Martinique, les deux fractions de la droite locale ont joué la montre, attendant l'alternance. En Guyane, le RPR et ses alliés ont pris très tôt le train lancé par les indépendantistes du Mouvement de décolonisation et d'émancipation sociale (MDES) et le Parti socialiste guyanais. Depuis février 1999, un "pacte de développement de la Guyane" a été adopté par la quasi-totalité du personnel politique. A l'exception notable de Christiane Taubira. La députée (non inscrite) réclame un bilan de la décentralisation, avant de passer à une autre étape.

Le MDES est désormais soucieux de relancer un processus encore fragile. Pour sa part, pragmatique, le chef de file du Mouvement indépendantiste martiniquais, Alfred Marie-Jeanne, président du conseil régional et député, veut juger le gouvernement aux actes. Daniel Marie-Sainte, le numéro 2 de l'organisation, souligne que, en Corse,"Jean-Pierre Raffarin a reconnu le droit à l'expérimentation pour les régions".

Or, tant à la Guadeloupe qu'à la Martinique ou en Guyane, on se dirige vers la fusion de la région et du département en une collectivité unique. Le gouvernement ne s'y opposera pas, une fois opérée la refonte de la Constitution régissant les relations entre les collectivités publiques.

Un consensus a minima qui n'efface pas les clivages traditionnels entre gauche, droite, autonomistes et indépendantistes. La ligne de fracture sépare désormais ceux qui veulent instiller une dose de pouvoir législatif à cette future assemblée, et ceux qui y voient le début de l'autonomie de gestion.

La ministre de l'outre-mer, Brigitte Girardin, a une tout autre priorité. Sur son agenda, une loi de programmation pour parvenir, en quinze ans, "à l'égalité économique des départements d'outre-mer par rapport à la métropole", comme l'a promis le candidat Chirac.

 
Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Vous pouvez vous inscrire
En tant que membre enregistré, vous pourrez participer et accéder à toutes les rubriques privées du site

Liens connexes
· Plus à propos de Informations Générales
· Nouvelles transmises par Phil


L'article le plus lu à propos de Informations Générales:
Résultat du referendum du 29 mai (Constitution Européenne)


Article Rating
Score en moyenne: 5
Votes: 1


Votez pour cet article:

Mauvais
Moyen
Bon
Très Bon
Excellent



Options

Format imprimable  Format imprimable

Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)


 

© 2002-2010 Assemblee Martinique.
Portail developpe en PHP (Nuke) sous licence GNU/GPL.