Assemblée Martinique News
Rechercher
Sujets
  Créer votre compte Accueil  ·  Sujets  ·  Téléchargements  ·  Votre compte  ·  Proposer un article  ·  Top 15  ·  Top Annuaire  
Menu
· Home
· Articles récents
· Exposition-Dossiers
· FAQ
· Suggestion
· Forum
· Liste des Membres
· Messages Privés
· Rechercher
· Archives
· Proposer un article
· Sondages
· Top 15
· Sujets d'actualité
· Annuaire de Sites Web Antillais
· Votre Compte

Qui est connecté ?
Il y a pour le moment 39 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

Rechercher


Sondage
Si vous aviez le choix, vous préféreriez vivre...

au Canada
en région parisienne
en Guyane Française
en province (France)
en Amérique du Sud (hors Guyane)
aux Antilles
en Afrique
à Londres
aux U.S.A
en Inde ou Asie
en Europe de l'Ouest (hors France)
Je suis bien là où je vis



Résultats
Sondages

Votes 2691

Editoriaux: Finale France-Italie : le blues des Bleus
Posté le 07 juillet 2006 à 08:18:00 CEST par Phil

Informations Générales Le 9 Juillet, la France et l'Italie vont disputer une finale de Coupe du Monde de Football.
La présence d'Antillais en finale de la coupe du Monde ne sert-elle pas d'alibi cynique à la politique moderne d'immigration de la France ?

Après un début de compétition besogneux et l'élimination des principales grandes nations footballistiques qu'elles ont croisées dans leur tableau, la France et l'Italie se préparent à un match mémorable pour remporter le trophée suprême. Des antillais feront partie de cette aventure.

Politique d'immigration : tolérance bleue

Vendredi 30 Juin, le projet de loi sur l’immigration porté par Nicolas Sarkozy a été adopté par l’Assemblée et le Sénat. Objectif : durcir les conditions d’entrée et de séjour des étrangers en France. Malgré l’opposition parlementaire de la gauche, la philosophie du projet reste inchangée : parvenir à une immigration "choisie" plutôt que "subie".

La nouvelle circulaire du 13 juin permettant des régularisations au cas par cas suscite la défiance. Elle génère un espoir qui conduit un nombre grandissant de familles à se ruer pour déposer leurs dossiers en Préfecture risquant l'expulsion pour certains en sortant ainsi de la clandestinité.

"Et ce jusqu’au 13 août, mais les critères de la circulaire restent flous comme la notion d’appréciation laissée au Préfet. Familles d’élèves sans papiers et familles de sans papiers sans enfants scolarisés se ruent tous ensemble dans les préfectures de police dans la plus grande confusion pour déposer des demandes de régularisation."

En effet, le 6 juin, lors de la présentation du texte au Sénat, 2 enfants de 3 et 6 ans étaient arrêtés dans leurs écoles au Mans.

Le ministre français de l’Intérieur a annoncé la volonté de faire passer le nombre des expulsions du territoire français de 20 000 l’an dernier à quelque 25 000 en 2006 (contre 12 000 en 2003).


"Il faut se garder des amalgames, mais il faut rappeler qu’en raflant des enfants dans les écoles, la police de notre pays dit démocratique se comporte de la même façon que celle sous la circonstance nazie. Pour moi, la première mesure que doit prendre le gouvernement en urgence est de rétablir le droit du sol. Enfin, si je m’autorise un peu de méchanceté, c’est tout de même ironique qu’un fils d’immigré fasse appel à un petit-fils de déporté pour masquer la rudesse des lois qu’il veut faire appliquer."
(Président de l’Observatoire des libertés publiques) - allusion à Nicolas Sarkozy et à son médiateur Arno Karsfeld ?-

"La France est la plus grande terre d’immigration après l’Amérique. Lors du premier recensement en 1851, on comptait déjà 400.000 étrangers en France et la quasi-totalité de ces étrangers est rentrée sans papier. Aujourd’hui, on veut expulser des milliers de personnes qui ont participé à l’enrichissement de ce pays, à sa vie politique, ces citoyens, et cela n’est pas pour nous acceptable. Et c’est encore plus inacceptable que l’on s’en prenne aux enfants, l’avenir même du pays."
(historien, ligue des Droits de l'Homme)

Non loin de là, en Belgique, Ils étaient 48 sans-papiers à occuper l’église Notre-Dame Immaculée à Anderlecht. Une opération de police les en a délogés. Cette opération coup de poing menée le lendemain du vote de la loi de réforme du droit d’asile belge, n'est pas sans rappeler les méthodes employées en France dès 1996 (église Saint-Bernard).

Simultanément, le président algérien Abdelaziz Bouteflika, dont les attaques contre la colonisation sont devenues depuis un an une constante de son discours, a tenu à rappeler dimanche que la colonisation française, entre 1830 et 1962, a été "l'une des formes de colonisation les plus barbares de l'Histoire". La France n'a d'ailleurs pas fait de commentaire, laissant aux historiens le devoir d'éclairer l'histoire.

Enfin, la question de l'immigration en Outremer a été courageusement soulevée cette année par le ministre M. Baroin, spectateur notoire du dernier match de l'équipe de France, remettant en question le droit du sol dont abuseraient les Comoriens à Mayotte ou les Brésiliens, Haïtiens, Surinamiens en Guyane.

Dans le camp nationaliste français, "a déclaré le président du Mouvement pour la France, Philippe de Villiers, invité du "Oui/Non" de LCI. Je propose des charters républicains de sans-papiers", Le député de Vendée, Philippe de Villiers qui prône "l'immigration zéro" avoue pourtant qu'il s'est reconnu dans l'équipe de France bleue-blanc-rouge."

Equipe de France de 2006 qualifiée de black-black-black (selon la raillerie attribuée au philosophe Alain Finkielkraut) par rapport à celle de 1998 (dite black-blanc-beur).

Contrairement aux chiffres avancés de la régularisation de 750 familles sans papiers par un Ministère de l'Intérieur visiblement dépassé par les événements, à gauche, PARIS (AP) -- le porte-parole du Parti socialiste Julien Dray a affirmé vendredi que la procédure ouverte pour les familles d'élèves étrangers aboutirait à une "régularisation massive" de 40.000 sans-papiers. "Nous allons faire là, dans les semaines qui viennent, une régularisation massive et elle est nécessaire", a affirmé Julien Dray sur LCI. "Les chiffres qui circulent entre les différents préfets, c'est de l'ordre de 40.000 régularisations", a-t-il rapporté.

Dans un tel contexte, un Antillo-Guyanais participant à cette équipe tel que Lilian Thuram, Thierry Henry, Sylvain Wiltord, Florent Malouda, Eric Abidal, William Gallas est en droit de se demander si un Claude Makélélé (d'origine Zairoise), un Patrick Vieira (Guinée Bissau) ou tout simplement un Zinédine Zidane (Kabylie) aurait eu droit de cité dans une telle équipe de France avec une nouvelle politique d'immigration pareille, qui n'aurait pas hésité à filtrer leurs parents, ou à leur empêcher de les rejoindre ou à les évincer d'une scolarité. Le sélectionneur et coach Raymond Domenech serait lui-même fils de républicain espagnol, autrefois réfugié politique en France.

Les Bleus ont montré leur engagement contre le racisme (on l'a bien remarqué encore à l'ouverture du 1/8 de finale France-Brésil par l'ostentation de la banderolle anti-raciste) et les hommes politiques tels que De Villiers ont sans doute un intérêt à ne pas amalgamer la question du racisme et celle de l'immigration. C'est pourquoi nous n'irons pas jusqu'à sonder cette brêche béante dans laquelle s'est engouffré malicieusement ce philosophe français. L'antiracisme fait partie en effet des notions de l'ordre de l'olympisme, qui dépassent le caractère national d'une équipe sportive, mais pas l'immigration qui est une question d'ordre national qui exige donc une parfaite discrétion de la part des joueurs retenus dans la sélection. On ne peut pas "cracher dans la soupe" comme l'a fait le joueur Nicolas Anelka, qui a vécu lors du match France-Costa Rica l'illusion d'un retour en équipe nationale.

French Catenaccio

Prêts au combat ! titrait l'Equipe, comme pour haranguer ces nouveaux bataillons de tirailleurs africains.
Comme dirait Jacques Chirac : "L'équipe de France a su montrer combien on pouvait compter sur elle dans les moments décisifs". Il ne croit pas si bien dire en parlant de fils d'émigrés, qui seront désormais choisis et non plus subis, question de piètre dérogation. Eh bien tant pis, on ne pourra plus compter que sur soi-même, en raclant certes encore quelques décennies sur "la rente de l'esclavage" et de la colonisation dans toutes les grandes compétitions sportives...
C'est donc le spectacle de joueurs et d'encadrants baillonnés, malgré leur sentiment de confiance invincible, qu'il nous sera donné de suivre, venant apporter le dimanche 9 Juillet une réplique silencieuse au cynisme et à l'ambiguïté de la politique française gouvernementale à l'égard des citoyens de seconde division, tolérés entre deux railleries, surtout dans les grands rendez-vous nationaux où la France serait probablement incapable de vaincre seule.



"Ce que je veux vous dire au moment le plus intense, le plus dur peut-être de votre carrière, c'est l'admiration et l'affection de la nation toute entière, son respect aussi" (Jacques Chirac)


© AFP


 
Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Vous pouvez vous inscrire
En tant que membre enregistré, vous pourrez participer et accéder à toutes les rubriques privées du site

Liens connexes
· Linux Games
· Plus à propos de Informations Générales
· Nouvelles transmises par Phil


L'article le plus lu à propos de Informations Générales:
Résultat du referendum du 29 mai (Constitution Européenne)


Article Rating
Score en moyenne: 0
Votes: 0

Votez pour cet article:

Mauvais
Moyen
Bon
Très Bon
Excellent



Options

Format imprimable  Format imprimable

Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)


 

© 2002-2010 Assemblee Martinique.
Portail developpe en PHP (Nuke) sous licence GNU/GPL.