Assemblée Martinique News
Rechercher
Sujets
  Créer votre compte Accueil  ·  Sujets  ·  Téléchargements  ·  Votre compte  ·  Proposer un article  ·  Top 15  ·  Top Annuaire  
Menu
· Home
· Articles récents
· Exposition-Dossiers
· FAQ
· Suggestion
· Forum
· Liste des Membres
· Messages Privés
· Rechercher
· Archives
· Proposer un article
· Sondages
· Top 15
· Sujets d'actualité
· Annuaire de Sites Web Antillais
· Votre Compte

Qui est connecté ?
Il y a pour le moment 49 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

Rechercher


Sondage
Si vous aviez le choix, vous préféreriez vivre...

au Canada
en région parisienne
en Guyane Française
en province (France)
en Amérique du Sud (hors Guyane)
aux Antilles
en Afrique
à Londres
aux U.S.A
en Inde ou Asie
en Europe de l'Ouest (hors France)
Je suis bien là où je vis



Résultats
Sondages

Votes 2691

Revue de Presse: Sarkozy déwò !
Posté le 10 décembre 2005 à 15:03:39 CET par Phil

Martinique Grâce à l'implication des peuples antillais et l'intervention providentielle d'Audrey Pulvar, le président de l'UMP et ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy s'est vu souhaiter, "de loin, la bienvenue en Martinique".

Comme le rappelle Max Dufrénot, dans le France-Antilles du 08/12/05, la disparition de la notion de peuple d'outremer, remplacée par celle de population d'outremer dans la constitution française avait à l'époque suscité un émoi similaire des élites antillaises qui avaient pourtant fini par "rentrer dans le rang", dès le premier calalou servi par la belle-mère patrie.

Dans cette affaire de "rôle positif" de la présence française outremer, c'est un quotidien français qui a mis la puce à l'oreille à nos hommes politiques, près de 9 mois après le vote de la loi, les obligeant à se réveiller de leur torpeur parlementaire pour dénoncer ce hold-up de la législation sur l'objectivité de l'histoire. Les socialistes français ayant échoué dans leur tentative d'amendement.

Mais cette fois, les anticolonialistes résolus, à force de gesticulations et de déclarations offusquées, ont obtenu l'intervention du chef de l'état Jacques Chirac suggérant la saisine d'une mission pluraliste pour l'étude et probablement la révision de la loi controversée.

Cela n'aurait certainement pas suffi sans les manifestations populaires en Martinique et en Guadeloupe, ni sans l'interview contradictoire de Nicolas Sarkozy par la journaliste Martiniquaise Audrey Pulvar sur Soir 3. Le président de l'UMP avait esquivé d'une pirouette la confrontation avec les Antillais, sans se douter que cette interview menée avec brio dans le style anglo-saxon le pousserait à commettre une bévue que seul désormais pourront rattraper ses alliés naturels de l'UMP et pourtant rivaux Jacques Chirac et Dominique de Villepin.

Comment le ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy s'est retrouvé persona non grata en Martinique, en bon émule de Jean-Marie le Pen, refoulé à l'extérieur 18 ans plus tôt :
Source AFP, Décembre 2005.

Manifestation à Fort-de-France

Près d'un millier de personnes ont manifesté mercredi en fin d'après-midi dans les rues de Fort-de-France (Martinique) pour demander l'abrogation d'une disposition de la loi sur les rapatriés relative au "rôle positif" de la colonisation.
A l'appel du "collectif martiniquais pour l'abrogation de la loi de la honte" et d'une trentaine d'organisations, les manifestants ont défilé en lançant des slogans en français et en créole comme "à bas la loi de la honte" ou encore "kolonisasyon pa bon". Dans le cortège composé d'élus, parmi lesquels les députés de Martinique Alfred Marie-Jeanne et Philippe Edmond-Mariette, le maire de Fort-de-France Serge Letchimy, de syndicalistes, d'enseignants et de lycéens notamment, on pouvait lire sur des banderoles "Colonisation = crime contre l'humanité" ou "non à l'Histoire arrangée", entre autres inscriptions.
"Il y a longtemps qu'on avait pas eu une telle manifestation à Fort-de-France, a estimé Francis Carole, un des porte parole des manifestants. Réagissant aux propos de Nicolas Sarkozy, mercredi soir, sur France 3 sur la "repentance permanente qui touche aux confins du ridicule", il a estimé qu'il s'agissait d'une "nouvelle provocation".
"Peu importe que nous soyons 100 ou 1000, a déclaré pour sa part le député Philippe Edmond-Mariette, il était important de montrer à nos populations que la conscience antillaise est éveillée et qu'il convient de faire abroger la disposition controversée de la loi du 23 février 2005".
Enfin le maire Fort-de-France a qualifié la mobilisation de "digne et respectueuse".

Sonjé 6 désanm 1987

Le président du Mouvement des démocrates et écologistes pour une Martinique souveraine (Modémas), Garcin Malsa, a salué mercredi la "capacité" des Martiniquais "à faire peuple", après la mobilisation qui a entraîné l'annulation de la visite de Nicolas Sarkozy aux Antilles. "En ce jour anniversaire du rejet du fasciste Le Pen, tirons comme enseignement notre capacité à faire peuple, chaque fois qu'il s'agit de faire reculer les racistes et les colonialistes", écrit-il dans un communiqué. Le président du Modémas conclut en créole: "Sonjé 6 désanm 1987: Le Pen déwò! 6 désanm 2005: Sarkozy kayé!" (Souvenez-vous du 6 décembre 1987: Le Pen dehors! 6 décembre 2005: Sarkozy se dégonfle!). Le 6 décembre 1987, l'avion de Jean-Marie Le Pen n'avait pu atterrir sur la piste du Lamentin, envahie par des manifestants qui s'opposaient à la venue en Martinique du leader du Front national (FN). La commune de Sainte-Anne (Martinique), dont Garcin Malsa est le maire et conseiller général, figurait au programme de la visite en Martinique du ministre de l'Intérieur. Nicolas Sarkozy devait tenir une réunion sur le thème de l'aménagement du territoire, jeudi sur le site du Club Med à Sainte-Anne.

Sarkozy annule son voyage aux Antilles

Nicolas Sarkozy a annulé son voyage en Martinique et en Guadeloupe programmé de jeudi à samedi, a-t-il annoncé dans une interview à paraître mercredi dans France Antilles, alors que se sont multipliées sur place les protestations contre ce déplacement. Le ministre de l'Intérieur et président de l'UMP devait arriver mercredi en début de soirée en Martinique, y séjourner jeudi, puis enchaîner le lendemain avec la Guadeloupe, sur le double thème de la lutte contre le trafic de stupéfiants et contre l'immigration clandestine. Il devait tenir une réunion politique dans chacune des deux départements d'Outre-mer. "Les conditions de sérénité d'un travail collectif nécessaire pour traiter efficacement des questions fondamentales pour les Antillais que sont la sécurité, le développement économique et l'emploi ne me paraissent pasaujourd'hui réunies", déclare le ministre de l'Intérieur et président de l'UMP dans cette interview. "J'ai par conséquence décidé de reporter mon voyage de quelques semaines, ajoute-t-il. "J'ai longuement préparé ce voyage qui revêt, à mes yeux, une importance toute particulière compte tenu des enjeux en cause et des attentes des Antillais dans les domaines de ma responsabilité", explique M. Sarkozy. "Or, je constate que des polémiques, qui tiennent pour l'essentiel à des malentendus liés à la loi du 4 février 2005, mais qui sont bien réelles, suscitent une émotion particulière". "Les visites du ministre de l'Intérieur sont rares. Je pense qu'il faut qu'elles soient de vrais moments de dialogue et d'échange. En attendant, je fais une proposition : celle de recevoir les élus des Antilles, toutes tendances confondues, afin que nous puissions parler des motifs d'émotion qui sont les leurs", ajoute-t-il. Victorin Lurel, député et président PS de la Région Guadeloupe estime que Nicolas Sarkozy a annulé une "tournée pré-électorale aux Antilles avec des arrières-pensées exclusivement politiciennes". Selon lui, "ce report de dernière minute illustre la singulière légèreté du président de l'UMP qui avait organisé une tournée pré-électorale aux Antilles avec des arrières pensées exclusivement politiciennes. En Martinique, l'annulation du voyage aux Antilles de Nicolas Sarkosy a été accueillie comme "une première victoire", a indiqué à l'AFP, Francis Carole, chef de file du Palima et porte-parole d'une trentaine d'organisations politiques, syndicales et associatives. Plusieurs syndicats et partis politiques ont décidé de maintenir leur mouvement de protestation en Guadeloupe malgré l'annulation de la visite du ministre de l'Intérieur, prévue mercredi soir, a-t-on appris source syndicale. De nombreuses voix s'étaient élevées en Martinique contre la venue de M. Sarkozy, notamment en raison de la loi de février 2005 sur les rapatriés faisant étant d'un "rôle positif" de la colonisation française. Figure éminente de la Martinique et des Antilles, l'écrivain et homme politique Aimé Césaire avait annoncé qu'il ne recevrait pas le ministre et président de l'UMP. Un "collectif martiniquais pour l'abrogation de la loi de la honte" s'était constitué mardi proclamant sa volonté de faire supprimer un texte législatif qui à ses yeux "justifie les crimes commis au nom d'une civilisation qui a conduit à l'extermination de peuples, à l'extinction de cultures et au pillage de nombreux pays".


 
Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Vous pouvez vous inscrire
En tant que membre enregistré, vous pourrez participer et accéder à toutes les rubriques privées du site

Liens connexes
· HotScripts
· Plus à propos de Martinique
· Nouvelles transmises par Phil


L'article le plus lu à propos de Martinique:
Madinina l'île aux fleurs : Mythes et rêves


Article Rating
Score en moyenne: 5
Votes: 1


Votez pour cet article:

Mauvais
Moyen
Bon
Très Bon
Excellent



Options

Format imprimable  Format imprimable

Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)


 

© 2002-2010 Assemblee Martinique.
Portail developpe en PHP (Nuke) sous licence GNU/GPL.