Assemblée Martinique News
Rechercher
Sujets
  Créer votre compte Accueil  ·  Sujets  ·  Téléchargements  ·  Votre compte  ·  Proposer un article  ·  Top 15  ·  Top Annuaire  
Menu
· Home
· Articles récents
· Exposition-Dossiers
· FAQ
· Suggestion
· Forum
· Liste des Membres
· Messages Privés
· Rechercher
· Archives
· Proposer un article
· Sondages
· Top 15
· Sujets d'actualité
· Annuaire de Sites Web Antillais
· Votre Compte

Qui est connecté ?
Il y a pour le moment 42 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

Rechercher


Sondage
Si vous aviez le choix, vous préféreriez vivre...

au Canada
en région parisienne
en Guyane Française
en province (France)
en Amérique du Sud (hors Guyane)
aux Antilles
en Afrique
à Londres
aux U.S.A
en Inde ou Asie
en Europe de l'Ouest (hors France)
Je suis bien là où je vis



Résultats
Sondages

Votes 2691

Le 10 mai commémoration de l'esclavage
Posté le 19 avril 2005 à 18:47:23 CEST par Phil

Informations Générales cain a écrit : "Un rendez-vous important pour la communauté s'annonce. La date du 10 mai, est censée devenir importante, car il s'agira pour la République de rendre hommage aux victimes de l'esclavage et de la traite négrière,

et par conséquent, d'endosser sa responsabilité dans cette tragédie qui a vu la déportation de millions d'hommes noirs, mais pas exclusivement2 vers les Amériques et l'océan indien en vue d'enrichir les siècles…

Ce jour solennisé, parce qu'il le sera, fait aujourd'hui l'objet de remous, de divergences au sein de la communauté d'Outre-mer. Car la commission en charge de proposer une date commémorative s'est trouvée prise sous les feux croisés des élus et des associations. Quoique prévisible, ce désaccord tend à prendre des proportions déroutantes.

Trois tendances se dessinaient quant au choix de cette date :

Celle des tenants du 27 avril, proposition émanant de l'AMEDOM et de la mairie de Paris, qui a fait l'objet d'un rejet sans commune mesure de la part des associations et des populations concernées, parce que le 27 avril évoquait dans la mémoire collective, le jour de l'abolition de l'esclavage de 1848, prise à l'initiative de Victor Schœlcher. Ce choix à notre sens, véhiculait des relents d'un paternalisme suranné, pas totalement désintéressé et fut donc rejeté. A la décharge de nos élus, il fallait reconnaître qu'ils s'appuyaient sur la loi n° 835500 du 30-06- 1983 pour motiver leur choix, stipulant que :

«le 27 avril de chaque année ou, à défaut, le jour le plus proche, une heure devra être consacrée dans toutes les écoles primaires, les collèges et les lycées de la République à une réflexion sur l'esclavage et son abolition. »

Dès lors, comment expliquer le décalage entre les élus et les populations, sinon que la proposition se contentait d'entériner un fait établit, une sorte de coutume républicaine instituée par cette loi. Les élus proposaient un choix de continuité, alors que dans cette affaire, il convenait peut-être de réactualiser le devoir de mémoire, en optant pour le choix d'une date plus fortement marqué et en rupture avec le passé colonial.

Les dates du 10 mai ou du 21 mai, correspondant respectivement à l'adoption et à l'entrée en vigueur de la : «loi tendant à la reconnaissance de la traite de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité» proposée et votée à l'initiative de la député guyanaise, Madame Christiane Taubira-Delanon.

Mais voila, le «Comité Marche du 23» fort de la personne de son président Serge Romana, qui par ailleurs fut membre de cette même commission, avant de démissionner, faute d'avoir pu faire prévaloir sa vision et imposer le 23 mai, a lancé une pétition dans le but de faire pression sur la commission et forcer une décision en sa faveur. En vain.

Le Comité marche du 23 mai, a développé un argumentaire pour justifier son choix, dont un des points est le suivant :

«LE 23 MAI 1998, plus de 300 associations des Antilles et de la Guyane organisèrent une marche silencieuse à Paris. Ce jour-là, 40'000 personnes de toute origine se rassemblèrent pour rappeler à la Nation et au monde entier le souvenir des millions de victimes de la traite et de l'esclavage des nègres. En osant dire «nous sommes des filles et des fils d'esclaves», nous entreprenions de rétablir des liens filiaux entre notre génération et celle de nos aïeux. Cette journée est restée dans notre mémoire comme celle où, nous, descendants d'esclaves, «nous nous sommes levés pour eux» afin de rappeler leur existence et témoigner de leur souffrance. Ce jour-là restera celui où nous avons commencé à les restaurer dans leur dignité d'êtres humains, dans cette dignité qui leur était niée depuis plus de 300 ans.»

Remarquons : cette manifestation a un caractère métropolitain et on peut s'interroger quant à sa pertinence pour les populations d'Outre-mer, qu'est-ce que cette date peut bien représenter pour elles? RIEN.

Tout compte fait, quel pourrait être l'impact de l'initiative du «Comité Marche du 23» sur le choix du 10 mai, proposé par la commission au gouvernement? Si le nombre de signatures recueillies par la pétition de Romana s'avérait être conséquent, le risque est que le gouvernement repousse le choix de la date, décemment, le gouvernement ne saurait désavouer une commission, qu'il a lui-même instituée. Donc, comme veut l'habitude, en pareille circonstance, il ne prendra aucune décision. Et qu'est-ce que la communauté aura à gagner d'une non-prise de décision: RIEN.

Que chacun se fasse juge, quel est le plus important, plaire au Comité marche du 23 mai, ou obtenir une date commémorative afin de rendre hommage à nos ancêtres?

Il n'y a pas d'autres questions à se poser !

Si vous estimez que le plus important est qu'une date soit fixée, alors abstenez-vous de signer cette pétition, si vous l'avez déjà signée, alors rétractez-vous. Pensons à l'essentiel: NOUS .

Désormais le 10 mai doit devenir le jour où NOUS: «défendrons la mémoire des esclaves et l'honneur de leurs descendants».

Notes

1. Synthèse du rapport remis à Monsieur le Premier Ministre le 12 avril 2005.
2. Article 1er: La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du xve siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité. Loi n° 2001-434, du 21 mai 2001.

Tony Mardaye http://www.palli.ch/~kapeskreyol/ki_nov/lafwans/10mai.php"

 
Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Vous pouvez vous inscrire
En tant que membre enregistré, vous pourrez participer et accéder à toutes les rubriques privées du site

Liens connexes
· PHP HomePage
· Plus à propos de Informations Générales
· Nouvelles transmises par Phil


L'article le plus lu à propos de Informations Générales:
Résultat du referendum du 29 mai (Constitution Européenne)


Article Rating
Score en moyenne: 0
Votes: 0

Votez pour cet article:

Mauvais
Moyen
Bon
Très Bon
Excellent



Options

Format imprimable  Format imprimable

Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)


 

© 2002-2010 Assemblee Martinique.
Portail developpe en PHP (Nuke) sous licence GNU/GPL.