Assemblée Martinique News
Rechercher
Sujets
  Créer votre compte Accueil  ·  Sujets  ·  Téléchargements  ·  Votre compte  ·  Proposer un article  ·  Top 15  ·  Top Annuaire  
Menu
· Home
· Articles récents
· Exposition-Dossiers
· FAQ
· Suggestion
· Forum
· Liste des Membres
· Messages Privés
· Rechercher
· Archives
· Proposer un article
· Sondages
· Top 15
· Sujets d'actualité
· Annuaire de Sites Web Antillais
· Votre Compte

Qui est connecté ?
Il y a pour le moment 43 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

Rechercher


Sondage
Si vous aviez le choix, vous préféreriez vivre...

au Canada
en région parisienne
en Guyane Française
en province (France)
en Amérique du Sud (hors Guyane)
aux Antilles
en Afrique
à Londres
aux U.S.A
en Inde ou Asie
en Europe de l'Ouest (hors France)
Je suis bien là où je vis



Résultats
Sondages

Votes 2691

Editoriaux: La chasse aux crabes pour le matoutou de Pâques
Posté le 13 mars 2004 à 02:12:52 CET par Phil

Patrimoine - Culture Le weekend dernier, toutes les conditions étaient réunies pour une chasse aux crabes en prévision de la fin du carême où la coutume veut que les crabes finissent en matoutou dans notre assiette.

crabeTemps pluvieux, pleine lune et surtout levée de l'interdiction de la chasse en Martinique, les valeureux chasseurs équipés de leurs bottes, leurs chapeaux, leurs gants, leurs sacs et leurs imperméables se sont retrouvés sous la pluie, à l'affût des crabes à capturer, sortis en masse par les éléments climatiques de leurs terriers, de leur mangrove méphitique ou de leur savane détrempée.
Pour les habitués, le choix entre le feuilleton Marie-Agnès (traduisez plutôt Maria Ines de Destins de femmes) et l'immersion dans la nature crabique ne fait aucun doute. A chacun son divertissement...

Et si on ne doit compter que sur les gosses avec leurs ratières à deux francs cinquante, le matoutou de crabes à Pâques risque de se mitonner avec les tourteaux surgelés du supermarché importés de Cuba ou de Saint-Domingue. Ceux qui ne font pas même pas dormir. Rien à voir avec nos crabes bleus, mantous, cémafautes et autres bestioles qu'on aura fait "purger" quelques jours dans leur cage, en les nourissant de piment et de végétaux. Ceux-là ils fascinent les enfants avec leurs grosses pinces agrippées dans le grillage de la cage.
Ceux enfin qui se sauvent en courant de la table de cuisine même lorsque la cuisinière les a déjà occis avec un couteau entre les deux yeux, leur a retiré leur carapace d'un coup sec et les a évidés, coupés en deux, bien nettoyés avec du citron (ça excite leur système nerveux, apparemment).

La ratière, le piège à crabes made in West indies, est un fabuleux indice de notre ingéniosité de nègres prédateurs des savanes. On n'a certainement pas inventé la bombe atomique, mé nou ka défann kò nou (on se débrouille).

ratière
Ratière (Zatrap)

In Meskal Square
There is a gathering celebrating the finding of the True Cross
Year to year in honour of the Savior
(Morgan Heritage)

Les experts vous raconteront qu'il convient de peindre l'intérieur en vert ou en mauve, même en rouge mais évitez surtout le bleu dont le maître-pinceur a une sainte horreur. Il faut également savoir varier l'emplacement et le manger disposé en appât à l'intérieur en fonction de la savane, savoir orienter l'ouverture sur la sortie du terrier...
Les mentors du crabe vont même jusqu'à prétendre qu'un petit crachat disposé à l'entrée du piège (bèrk !) pouvait attirer inexorablement l'invertébré insouciant. Encore faut-il connaître les herbes à mâcher toute la journée pour atteindre l'alchimie du crachat parfait.

Mais ce qui me préoccupe c'est surtout l'art de la cuisinière qui va concocter le matoutou de crabes, son riz et sa sauce, à consommer de préférence sur la plage. Nous la choisirons grand-mère avec un tablier bien "dédou" par les générations de négrillons affamés qu'elle aura su canaliser par sa science.

Après cette période de carême si sobre, aux si rares sorties nocturnes et apéros, nous nous remettrons en bouche les choses grasses de la vie, à commencer par les petites marinades du vendredi saint et du samedi gloria avant de nous faire éclater la panse avec le matoutou, prélude à la meilleure sieste de l'année et symbole éternel de la fin de notre abstinence du carême. Et pourquoi pas rebelote le lundi de Pentecôte... Jour férié ou pas.

NDLR : dû au prix du crabe (2 euros), à la pollution (utilisation de pesticides et contamination de la rivière Lézarde par exemple) et à cause de la vie moderne de plus en plus trépidante, la ménagère martiniquaise s'adapte en cuisinant un plat de crabes avec des crabes de mer (tourteaux, à gauche) ou des crabes de Madagascar surgelés (à droite) achetés au supermarché.
L'authentique matoutou de crabes se fait de plus en plus rare, mais la coutume persiste...


 
Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Vous pouvez vous inscrire
En tant que membre enregistré, vous pourrez participer et accéder à toutes les rubriques privées du site

Liens connexes
· Plus à propos de Patrimoine - Culture
· Nouvelles transmises par Phil


L'article le plus lu à propos de Patrimoine - Culture:
Mode Martiniquaise : Salon Mode Bijoux Parfums (Madiana)


Article Rating
Score en moyenne: 3.88
Votes: 9


Votez pour cet article:

Mauvais
Moyen
Bon
Très Bon
Excellent



Options

Format imprimable  Format imprimable

Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)


 

© 2002-2010 Assemblee Martinique.
Portail developpe en PHP (Nuke) sous licence GNU/GPL.