La Russie menace de couper le gaz à l'Ukraine

  • Imprimer
La Russie menace de couper le gaz

La Russie menace de couper la livraison du gaz russe à l'Ukraine si celle-ci n'honore pas sa dette, malgré des appels pressants de la communauté internationale lors des négociations qui se sont soldées par un échec.

Ultimatum de la Russie 

La Russie va couper le gaz à l'Ukraine si Kiev ne rembourse pas une dette de 1,95 milliard de dollars (1,76 milliard de francs) d'ici à 10h00 (08h00 heure suisse). Le porte-parole de Gazprom l'a fait savoir à l'issue de pourparlers à Kiev qui se sont soldés dimanche soir par un échec.

"Nous n'avons pas trouvé d'accord et il est peu probable que nous nous rencontrions de nouveau, nous sommes déjà dans l'avion" pour rentrer à Moscou, a déclaré Sergueï Kouprianov à l'AFP au téléphone. "Si nous ne recevons pas de paiement" d'ici le délai, "nous n'allons plus fournir de gaz", a-t-il ajouté.

La Commission européenne s'est pourtant dite "convaincue" qu'un accord sur l'approvisionnement de gaz russe à l'Ukraine est encore possible. L'échec des négociations de dernière minute ne met selon elle pas fin aux espoirs de règlement du litige.

La Commission "est convaincue qu'une solution est encore possible et dans l'intérêt de toutes les parties concernées", a-t-elle annoncé dans un communiqué diffusé à Bruxelles après l'annonce du géant gazier.

Les responsables ukrainiens ont eux aussi dit encore aspirer à un compromis. "Nous espérons que l'économie et le bon sens l'emporteront sur la politique", a déclaré à la presse Andriï Kobolev, patron du groupe public ukrainien Nafrogaz.

Kiev a refusé la hausse des prix décidée par Moscou après l'arrivée au pouvoir de dirigeants pro-occidentaux fin février, conséquence de la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch: les 1000 mètres cubes de gaz sont alors passés de 268 à 485 dollars, un prix sans équivalent en Europe. Dans sa "dernière offre", Moscou a proposé 385 dollars.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a dénoncé "l'arrogance" de Kiev qui "rejette un compromis raisonnable".