30-09-2020
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Dernières Nouvelles
Top
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 528
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 
 
 

 

 


 

Documents connexes
Advertisement
Vers la pêche au chadron (oursin blanc) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
02-09-2006

La pêche aux chadrons est de nouveau autorisée du 18 Septembre au 20 Octobre et aura pour cible l'oursin blanc des Antilles.

chadronLe chadron ou oursin blanc (Tripneustes ventricosus) vit dans les herbiers de phanérogames marines et sur les platiers récifaux (brisants) et était traditionnellement consommé par l'homme à la période de Pâques.

Dans les herbiers de la région caraïbe, les principaux consommateurs de Phanérogames étaient le Lamantin et la tortue verte.
Avec leur quasi disparition, ces animaux ont perdu ce rôle. Aujourd’hui, les
Phanérogames sont très peu consommées directement. Parmi les Invertébrés,l’oursin
blanc (chadron) est le principal herbivore (algues, feuilles de Phanérogames marines). Chez les poissons, sur environ 150 espèces vivant dans les herbiers, une trentaine possède un régime herbivore.
Parmi celles-ci, seul le poisson perroquet possède l’équipement
enzymatique nécessaire à la digestion de la cellulose des feuilles de Phanérogames.(source : DIREN).
Espèce protégée, la pêche outrancière du chadron dans la période autorisée ne lui permet pas de se reproduire suffisamment et sa raréfaction est à craindre dans les prochaines années.
Ses oeufs ou gonades sont très convoités, véritable caviar à déguster sur canapés, en friture ou en blaff, mais on ne peut les récupérer sans tuer le chadron, qui a besoin d'au moins deux ans pour commencer à se reproduire, pondre ses oeufs.
Le prix au kilog est d'environ 60 à 70 euros, et les marins-pêcheurs détenteurs de l'autorisation sont les seuls habilités à les ramasser au cours de leurs plongées. Malheureusement, certains marins-pêcheurs cupides délèguent notoirement ce ramassage à des braconniers ou plaisanciers qu'ils rémunèrent en retour, provoquant une véritable razzia dans les zones de pêche autorisées.


Nul doute que l'organisation actuelle de la pêche aux chadrons fait que ce mets soit réservé aux élites, que ce soit un moyen de spéculation honteux, et qu'elle ne permettra pas dans ces conditions la sauvegarde à long terme de cet herbivore de nos verts pâturages marins qui selon des études récentes, sont encore globalement préservés de la contamination par le déversement des pesticides sur l'île.

 

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2020 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM