Menu Content/Inhalt
Tourisme Martinique : batdousseur de paradis Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
05-01-2011

Présentation du batdousseur de paradis, nouveau concept du tourisme en Martinique.

Tourisme Martinique batdousseur de paradis
let's batdousse

Le tourisme est en Martinique au secteur tertiaire ce que la monoculture de la banane est à l'agriculture : une bien bonne plaisanterie économique. Cette valseuse de l'économie est aujourd'hui entre les mains de l'entrepreneur et de l'employé martiniquais, et même du citoyen, du badaud, et de tout comique mettant la main à la pâte, intronisés par les milieux autorisés pour la peine : "batdousseurs de paradis".

Un exemple concret vaut mieux qu'un long discours. Jean-Charles est restaurateur. Passons. Aujourd'hui il prépare des brochettes de lambis pour ses invités touristes. Mais comme Jean-Charles est aussi batdousseur de paradis, il a quasiment détruit, avec l'aide de tous les autres batdousseurs, tous les lambis de son littoral. Il va donc naturellement à Carrefour Dillon acheter un kilo de lambis congelé importé de Jamaïque, île voisine, à 19,00 EUR (pour environ 12 brochettes).

Paulo est pêcheur, lui aussi grand batdousseur de paradis devant l'éternel, il propose à Jean-Charles de lui vendre le rare lambi de Martinique dit frais à Carrefour Mahault à 20,00 EUR le kilo. Jean-Charles qui est certes batdousseur mais tout de même pas con, envoie son vieux Paulo vérifier le fondement maternel.

Voyant cela, Paulo se met en grève (de la faim) pour protester contre le non-achat de son lambi frais, fruit de sa longue et difficile batdousse paradisiaque, dans l'indifférence générale des autres batdousseurs-doucineurs-non-pêcheurs. Sauf Martinique Première et Lévé yo Ka d'ATV qui viennent faire un reportage sur le batdousseur. Quoi ! vous  êtes batdousseur de paradis, et c'est ça qui vous arrive ? Oui, répond Paulo en pleurant. Paulo qui est certes batdousseur de paradis, mais tout de même pas con, met fin à sa grève (de la faim), puis à son activité et va pointer au RSTA, au RSA, et autres mimina de solidarité entre batdousseurs.

Quelques batdousses plus tard, les deux lurons se croisent dans une after yoles : Saw fè Paulo, issalop ! Ay k... Manmanw , Jean-Charles ! Et ton resto, ça roule ? Ah je te raconte pas, p'tain, avec la chute de l'euro, le kilo de lambi est passé à 28,00 EUR. Les touristes préfèrent aller au Mc Donald's (dans leur propre pays, je précise). En plus, maintenant y a plein de lambis partout ici en Martinique, mais ce sont des navires jamaïcains autorisés par l'Union Européenne qui viennent les ramasser, maintenant que t'as tout laissé tomber, espèce de connard ! Et toi, ça va ? Moi ? ça va... On va danser ? Ouais ! To be batdous or not to be !

 
< Précédent   Suivant >

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous