Menu Content/Inhalt
Accueil
Referendum de Martinique : revirement de Jenny Dulys-Petit Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
17-11-2009

Dans la campagne électorale pour le référendum du 10 Janvier 2010 en Martinique, l'élue maire et conseiller général du Morne-Rouge Jenny Dulys-Petit a justifié son revirement, en faveur du "non" au référendum sur l'autonomie dans le cadre de l'article 74. 

Referendum Martinique
Sonjé 7 désanm 2003

Dans cette campagne qui oppose les partisans du oui le RMC (MIM, CNCP, RDM et diverses tendances) et du non , le MAP (PPM, socialistes français et divers), et de l'autre les partis de droite (UMP, FMP), on voit fleurir de nombreuses prises de positions qui méritent quelques approfondissements.

D'abord, dans le journal France-Antilles, le chanteur de reggae Saël a donné une interview titrée : "Les Martiniquais ne sont pas prêts à aller vers l'inconnue ". Sans doute parlait-il plus précisément des électeurs de la Martinique pour la question posée lors des référendums. On pourrait interpréter ce titre en le reformulant par "Les Martiniquais sont des makoumères" (homosexuels). S'il était interviewé, le béké Alain Huygues Despointes aurait sans doute encore mieux résumé la situation, comme lors de son passage télévisé à CANAL+, en parlant des électeurs (noirs, évidemment) : "Ce sont des enfants".

Ainsi, l'élue d'Osons Oser du Morne-Rouge vient enfoncer le clou de Saël pour justifier son revirement : "nos compatriotes n’y sont pas prêts". Dans une longue déclaration elle explique sa position. Christiane Taubira de la Guyane, elle aussi élue et femme politique emblématique, n'a pour l'instant pas révisé son engagement en faveur du choix d'une majorité d'élus, peut-être parce que les électeurs de Guyane sont un peu plus "prêts" que nous.

De même, depuis plusieurs semaines, chaque média y va de son sondage ou de sa complainte-pleurnicherie sur les Martiniquais (les électeurs) : ils ne comprennent rien à tout cela, ils ne veulent pas ceci, ils veulent cela, chaque jour on dépasse la surenchère dans l'art de soutirer (flatter) les Martiniquais. Encore une fois, c'est Alain Huygues Despointes qui a déjà tout résumé depuis l'année dernière, alors pourquoi tant d'acharnement sur nous ? "Nous sommes des enfants". L'assimilation c'est quelque chose, hein ? Mais quelque chose dans laquelle on se complait.

Le pompon revient sans nul doute au PPM de Serge Letchimy, soutireur en chef du MAP (mouvement des auonomistes et des progressistes). Ce mouvement a fondé une nouvelle idéologie : l'alterautonomisme. C'est une autonomie martiniquaise. Pas l'autonomie par rapport à la métropole selon ses règles, mais une autre autonomie, à la carte, avec entrée et dessert, etc. Ce n'est pas une autonomie par rapport à eux mêmes, non plus (faut pas déconner) mais une autonomie choisie et non une autonomie-sanction. Dans une telle autonomie, par exemple, vous pourriez décider et faire voter par 577 députés que le floup coûte 1,10 euros au lieu de 2,60 euros. C'est vous qui choisissez votre autonomie par rapport à celui qui vous gère, et s'il le faut, contre son gré. Non seulement c'est soutirer mais c'est en plus prendre les gens pour des cons. Tu es sois-disant autonomiste, on te donne l'autonomie, tu réponds an an, man pa ley, moi je suis un alterautonomiste, en tant que spécialiste des affaires martiniquaises, je sais mieux que quiconque de quelle autonomie j'ai besoin. Mais arrêter de fustiger le PPM ! La 3ème voie... La 4ème dimension, oui !

Ensuite, bientôt, vous allez voir : on va commencer à comparer les Martiniquais aux Irlandais, (qui votent non puis quelques années après, oui à la même question).

Heureusement pour notre honneur, il demeure quelques hommes politiques de conviction, comme Alfred Marie-Jeanne, indépendantiste jusqu'au bout, qui a annoncé qu'il en tirerait les conséquences, en cas de victoire du non. Il ne soutirera personne plus longtemps.

Quoiqu'il en soit, les électeurs sauront sans doute méditer le jour venu la morale de la fable de la Fontaine "Le Corbeau et le Renard" (tout flatteur vit aux dépends de celui qu'il flatte) et s'accomoderont fort bien comme gouvernance locale d'une majorité PPM-parti socialiste ou UMP-FMP, pour faire avancer le pays, ils verront bien le résultat. Ils mettront cette morale en balance face au "La Responsabilité d’un élu c’est de ne jamais renoncer à défendre les intérêts de la population et de l’accompagner dans ses choix" de Jenny Dulys.

En réalité, personne ne sait qui va l'emporter le 10 Janvier et ça pourrait bien être l'article 74 et fin de l'histoire dès le 10 Janvier, ou le 73, le 24 Janvier avec surtout la PAIX concernant le sexe ou l'âge des Martiniquais.

 
< Précédent   Suivant >

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous