Menu Content/Inhalt
Les indépendantistes de Martinique et Guyane interpellent l'opinion française Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
22-02-2007

Les indépendantistes de divers peuples soumis aux lois de l'Etat Français (Martinique, Pays Basque, Corse, Guyane, Bretagne, Catalogne...) ont tenu une conférence de presse commune interpellant l'opinion publique et les candidats à l'Elysée sur leurs droits à l'autodétermination et au respect de leurs identités nationales.

Palima
Pochoir indépendantiste du PALIMA (Martinique)

Les indépendantistes interpellent les candidats à l’Élysée sur le droit à l’autodétermination

Batasuna et Corsica Nazione entre autres vont adresser un courrier à chaque candidat pour qu’ils se positionnent.


La plupart des mouvements indépendantistes de l’Etat français ont tenu une conférence de presse hier à Paris pour faire connaître l’Accord de Corti et interpeller les candidats à la présidence de la République Française sur la question des droits des peuples sans Etat. Des représentants de Batasuna, de Corsica Nazione Independente, d’Esquerra Republicana de Catalunya, des Martiniquais de Pati Komunys pou Lendependans ek Sosyalism (PKLS, Martinique) et du Conseil National des Comités Populaires (CNCP, Martinique), du parti breton Emgann, du Mouvement pour la décolonisation et l’Émancipation sociale de la Guyane et de la formation occitaniste Anaram au Patac ont expliqué aux médias parisiens que leur démarche de travail en commun va au-delà du simple contexte électoral.  

Cette initiative de rassemblement des forces indépendantistes avait été adoptée l’été dernier lors des journées de Corti et, même s’il est vrai qu’elle se concrétise pour la première fois à l’occasion de cette campagne présidentielle, la démarche porte sur "un travail de longue haleine en commun pour la défense de nos peuples et de leurs droits".

"La République compte un certain nombre de Peuples en son sein : peuple kanak, corse, basque, breton etc. Ces Peuples devraient bénéficier du respect de droits fondamentaux qui sont actés par nombre de textes et d’instances internationales", ont souligné les représentants des mouvements indépendantistes.

Déclaration de Corti

Reprenant la déclaration signée à l’occasion de ces journées laquelle réclame en cinq points "le droit à la reconnaissance en tant que peuple et nation, le droit à l’autodétermination, le droit de mettre en oeuvre le développement des langues et des cultures dans le cadre d’un statut officiel, le droit de promouvoir et de maîtriser le développement économique et social, et le droit à mettre en oeuvre un processus de décolonisation", ces formations demandent aux candidats à l’Élysée de se positionner publiquement sur ces questions. Un courrier leur sera adressé et les réponses, si elles existent, seront rendues publiques.

"En tant que mouvements indépendantistes et défenseurs du droit à la souveraineté de nos peuples, cette campagne n’est pas en principe la nôtre", ont-ils précisé. "Pour autant, la question des droits de nos Peuples nous paraît une question fondamentale à laquelle le futur Président de la République devra s’atteler durant son prochain mandat". Selon les indépendantistes, "le prochain Président de la République ne pourra pas faire l’impasse du problème du respect des identités nationales en France".

Enfin, s’adressant à l’opinion publique française, les représentants des partis indépendantistes dont Jean-Guy Talamoni et Xabi Larralde ont déclaré "que [l’opinion publique française] n’ait aucun doute sur la détermination de nos mouvements à lutter pour la reconnaissance des droits fondamentaux de nos Peuples".

source : Euskalherria

 
< Précédent   Suivant >

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous