21-11-2017
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Dernières Nouvelles
Top
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 540
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 

 


 

Documents connexes
Advertisement
Les chiffres du chômage qui augmente en France (Janvier) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
25-02-2009

Après les 45.800 chômeurs qui renforçaient les chiffres du chômage en France en décembre 2008, en catégorie 1, c'est plus de 90.000 chômeurs supplémentaires en plus en janvier 2009, tendance à la hausse sur plusieurs mois attribuée à la crise écononomique mondiale.

Chiiffres de chômage en France

Du jamais vu dans les chiffres du chômage en France. Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie 1 au Pôle emploi a connu une hausse brutale de 4,3% en janvier, soit 90.200 chômeurs de plus sur un mois, a annoncé le gouvernement mercredi soir.

Les chiffres du chômage, qui ont explosé en janvier avec 90.200 demandeurs supplémentaires, vont continuer à se dégrader pendant "plusieurs mois" en raison de la crise économique mondiale, a estimé mercredi soir le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez. "On rentre dans une phase où on va avoir des chiffres comme ça sur plusieurs mois", a-t-il expliqué sur France 3.

"La France est rentrée avec l'ensemble des pays européens et des Etats-Unis dans une crise mondiale d'un impact jamais connu jusque là. Il n'y a pas de miracle, la France ne va pas être protégée de cette crise. On le voit sur les chiffres de l'emploi", a-t-il dit.

"On essaye de faire en sorte" que les mesures gouvernementales en faveur de l'emploi "nous permettent d'amortir la crise au maximum. Pour autant, ce n'est pas par magie qu'on va empêcher la France d'être frappée, d'avoir une augmentation du nombre de demandeurs d'emploi", a-t-il ajouté.

Les heures supplémentaires, a-t-il noté, "ont été utiles quand on a eu de la croissance. Evidemment, en période de crise, ce n'est pas sur les heures supplémentaires qu'il faut qu'on travaille. C'est par exemple sur (la) question de l'activité partielle".

Le chômage explose en France en 2009

Fin janvier, 2.204.500 demandeurs d'emploi étaient inscrits en catégorie 1 selon les chiffres diffusés par Bercy sur la base des statistiques mensuelles du Pôle emploi, l'organe né de la fusion de l'ANPE et de l'Unedic.

Face à cette flambée, la ministre de l'Economie Christine Lagarde n'a pu que mettre en avant les mesures annoncées lors du sommet social du 18 février, mesures que les syndicats ont jugé insuffisantes. "Plus que jamais, le décalage est criant entre la gravité de la situation et les réponses apportées par le chef de l'Etat et son gouvernement", a accusé la CGT.

C'est la première fois qu'on trouve une telle hausse sur un mois dans les statistiques du chômage en France.

La précédente hausse la plus forte avait été enregistrée en novembre dernier avec 64.000 chômeurs de plus sur un mois, et il fallait déjà remonter plus de 15 ans en arrière pour retrouver pareil augmentation: en 1993, les services de l'ANPE avaient enregistré l'inscription de 54.000 chômeurs supplémentaires entre février et mars.

Sur un an, entre janvier 2008 et janvier 2009, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie 1 est en hausse de 15,4%.

Dans le détail, c'est le chômage des jeunes qui connaît une véritable flambée avec 5,1% de chômeurs de moins de 25 ans en plus en janvier, et de 23,1% sur un an. Juste derrière, on trouve les demandeurs d'emploi de 25 à 49 ans (+4,1% sur un mois, 13,9% sur un an) et ceux de plus de 50 ans (3,9% de hausse en janvier, 12,8% sur un an).

Au sein de ces catégories, l'emploi précaire est en première ligne. Sur un mois, les fins de CDD non reconduits représentent ainsi 26,4% des inscriptions au Pôle emploi, et les fins de missions d'intérim 12,3%.

Dans son communiqué, Christine Lagarde explique qu'à "la suite des discussions menées le 18 février avec les partenaires sociaux, de nouvelles mesures d'accompagnement social ont été décidées". La ministre souligne que ces mesures représentent "un effort de 2,6 milliards d'euros" (hausse de l'indemnisation du chômage partiel, versement d'une prime pour certaines familles, ou encore pour les demandeurs d'emploi pouvant justifier au moins deux mois de travail).

"Lors du sommet social du 18 février dernier, sourd aux revendications syndicales, Nicolas Sarkozy s'est contenté (...) de suggérer quelques mesurettes sociales en complet décalage avec l'urgence de la situation", estime pour sa part la CGT.

La CFDT, de son côté, juge que cette situation confirme sa volonté "de doter notre pays d'un fonds d'investissement social à la hauteur de la situation créée par la conjoncture". "Une première réponse a été apportée par le président de la République le 18 février, mais elle est très insuffisante, tant dans son montant que dans la source du financement", ajoute la confédération de François Chérèque.

Les syndicats appellent à une nouvelle journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations dans toute la France le 19 mars afin d'obtenir un "changement de cap" du gouvernement en matière de politique économique et sociale face à la crise. (source : AP)

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2017 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM