Menu Content/Inhalt
Le web de Nicolas Sarkozy sort avec un spécial outremer Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
14-01-2007

Nicolas sarkozy lance son site web sarkozy.fr avec en prime un site dédié à l'outremer (Outre-mer avec Sarko).

Nicolas Sarkozy en outremer
loutremeravecsarko.com
 

Aujourd'hui Dimanche 14 Janvier 2007 à 14h00, est lancé le site web officiel de Nicolas Sarkozy (www.sarkozy.fr). Il devrait contenir à terme un bouquet de chaînes télé, des éditoriaux quasi-quotidiens, "l'image du jour" et un "maximum de scoops".

Selon José Frèches, l'un des deux concepteur-réalisateur de ce site, "sarkozy.fr est un média militant qui produit de l'information. Les vrais médias pourront venir y puiser, s'ils le désirent, l'info et les images auxquels ils n'auraient pas eu accès eux-mêmes". Le site doit également permettre "une grande réactivité aux propos des adversaires". "Par exemple, si François Hollande dit au journal de 20h quelque chose d'important méritant une contradiction, à 20h02 on filme la réaction de Sarkozy ou de l'un de ses porte-parole, explique François de la Brosse. A 20h03, c'est en ligne."
source : Top-logiciel.net

L'outre-mer et Sarko

De plus, le candidat Nicolas Sarkozy lance également un site web dédié à l'outremer : Outremer avec Sarko . Ce site se prétend un mouvement citoyen de la société civile outre-mer soutenant le candidat avec en page d'accueil, une photo de Nicolas Sarkozy aux cotés d'Aimé Césaire. Celui-ci, ex député maire de Fort-de-France, avait d'abord refusé de le recevoir lors de l'affaire de la loi de la honte. Le ministre de l'intérieur avait reporté son voyage en Martinique devant les manifestations populaires en préparation sur l'île demandant l'abrogation de la fameuse loi. 

M. Nicolas Sarkozy avait alors déclaré : "J'ai longuement préparé ce voyage qui revêt, à mes yeux, une importance toute particulière compte tenu des enjeux en cause et des attentes des Antillais dans les domaines de ma responsabilité". "Or, je constate que des polémiques, qui tiennent pour l'essentiel à des malentendus liés à la loi du 4 février 2005, mais qui sont bien réelles, suscitent une émotion particulière". "Les visites du ministre de l'Intérieur sont rares. Je pense qu'il faut qu'elles soient de vrais moments de dialogue et d'échange. En attendant, je fais une proposition : celle de recevoir les élus des Antilles, toutes tendances confondues, afin que nous puissions parler des motifs d'émotion qui sont les leurs", ajoute-t-il. Victorin Lurel, député et président PS de la Région Guadeloupe estime que Nicolas Sarkozy a annulé une "tournée pré-électorale aux Antilles avec des arrières-pensées exclusivement politiciennes". Selon lui, "ce report de dernière minute illustre la singulière légèreté du président de l'UMP qui avait organisé une tournée pré-électorale aux Antilles avec des arrières pensées exclusivement politiciennes. En Martinique, l'annulation du voyage aux Antilles de Nicolas Sarkosy a été accueillie comme "une première victoire", a indiqué à l'AFP, Francis Carole, chef de file du Palima et porte-parole d'une trentaine d'organisations politiques, syndicales et associatives. Plusieurs syndicats et partis politiques ont décidé de maintenir leur mouvement de protestation en Guadeloupe malgré l'annulation de la visite du ministre de l'Intérieur, prévue le mercredi soir, a-t-on appris de source syndicale. De nombreuses voix s'étaient élevées en Martinique contre la venue de M. Sarkozy, notamment en raison de la loi de février 2005 sur les rapatriés faisant étant d'un "rôle positif" de la colonisation française. Figure éminente de la Martinique et des Antilles, l'écrivain et homme politique Aimé Césaire avait annoncé qu'il ne recevrait pas le ministre et président de l'UMP. Un "collectif martiniquais pour l'abrogation de la loi de la honte" s'était constitué mardi proclamant sa volonté de faire supprimer un texte législatif qui à ses yeux "justifie les crimes commis au nom d'une civilisation qui a conduit à l'extermination de peuples, à l'extinction de cultures et au pillage de nombreux pays".

Une chanson de carnaval composée par le martiniquais Eric Virgal a repris le revirement de Nicolas Sarkozy : Sarko Kayé (Sarkozy se dégonfle). Puis lorsque l'article litigieux avait été supprimé, Sarkozy avait aussitôt programmé son retour dans l'île, prononçant même quelques mots en créole dans un discours en Martinique : "Kok Djenm pa ka kayé" (les coqs gemmes ne se dégonflent pas, allusion aux combats de coqs traditionnels des Antilles). En Janvier, l'aéroport de la Martinique a été rebaptisé Martinique-Aimé Césaire sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, décidément fin tacticien dans sa campagne électorale vis-à-vis de l'Outremer.

Lire aussi dans les archives : Sarkozy Déwo !

 
< Précédent   Suivant >

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous