Menu Content/Inhalt
Accueil
Membres: 527
Publications: 1503
Liens: 12
l'affaire AGT et le Club des Gommiers de la Martinique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
08-07-2006
Pourquoi l'Association Gommier et Tradition (AGT) ne participe pas aux compétitions organisées par le Club des Gommiers de la Martinique ?

Poutchi ?

Cette année (2005-2006), beaucoup de nos sympathisants se posent des questions sur notre nonparticipation aux compétitions organisées par le Club des Gommiers de la Martinique (C.G.M). Afin que notre position soit claire pour tout le monde, nous allons retracer l’historique de cette « affaire ».

Lors du tour des yoles 2005, une embarcation a été présentée à la télévision. Elle a plus ou moins la forme du gommier mais elle est construite comme une yole. Son concepteur la baptise « Yomié ». Fabriquée pour relever des défis (tour de la Martinique sans escale avec F. Vert-pré), elle est testée lors de trans-canaux.

Déjà à ces occasions, nous sommes interpellés par le fait que cette embarcation soit classée au même titre que les gommiers, alors que la yole qui nous accompagne ne l’est pas.

Pour nous, tout cela ne restait qu’une expérience, un prototype montrant l’ingéniosité de nos charpentiers de marine. Mais, il s’agissait en fait des premières rafales annonçant une tempête à faire perdre « larèl » .

Le 30 décembre 2005, le C.G.M souhaitait officiellement la bienvenue à « Welcome 2 ». Il nous demandait en outre d’accepter la participation du « Yomié » au challenge du 22 mé, habituellement réservé aux seuls gommiers.

Nous avons fait connaître notre position, nous avons fourni une proposition de jauge et nous avons mis à la disposition de tout membre du C.G.M « Mwen Pa Sav » pour vérifier le caractère monoxyle de notre gommier.

En effet depuis la Côte Caraïbe 2005, nous faisons l’objet de propos mal intentionnés de la part du « père » de « Welcome 2 » à propos de M.P.S. Il nous en voulait peut-être vraisemblablement d’avoir terminé une rénovation qu’il avait entamée et pour laquelle il avait reçu le paiement intégral. Après six mois d’arrêt des travaux, nous pouvions quand même récupérer notre bien.

Mais revenons au litige qui nous oppose au C.G.M. Lors de l’Assemblée Générale Ordinaire express du 14 janvier 2006, la question « Welcome 2 » n’a pas été abordée au prétexte que personne n’avait demandé son inscription à l’ordre du jour. Pour les membres du C.A du C.G.M notre (nos) courrier(s) ne mérite(nt) pas un débat, ni même une réponse.

Ils n’ont réagi qu’à la parution de la lettre du patriarche (qui nous égratigne au passage) qui nous est d’ailleurs attribuée, alors que nous avons toujours voulu « laver le linge sale en famille ». Malgré les propos insidieux du président Largen, nous avons toujours respecté nos engagements puisque nous avons payé plus de 700 € pour l’inscription de trois embarcations aux compétitions du C.G.M. Aujourd’hui, on veut nous faire passer pour des rétrogrades qui n’aiment pas le gommier. Notre président serait un dictateur qui impose ses choix à tous les membres de Gommier et Tradition. Attention à ne pas se tromper de président ! Est-ce un hasard, si le constructeur de « Welcome 2 » est le même qui n’a pas su finir la rénovation de Mwen Pa Sav ?

Est-ce un hasard si Mwen Pa Sav est le gommier qui a contesté en 2005 la suprématie de « Welcome 1 » et de Gilbert Sainte-Rose ? Est-ce un hasard si 2005 a montré l’efficacité de l’école de voile d’AGT ?

Ce qui est sûr c’est qu’elle n’est plus citée en référence depuis une certaine lettre parue dans France- Antilles. Même si dans son propre Challenge, elle représente plus du tiers de la flottille des gommiers de compétition.

Excusez-nous, monsieur le Président du Club des Gommiers de la Martinique, si notre position est plus conforme à vos discours que vos propres actes. Votre langage imagé et pédagogique présente le gommier comme la plus vieille racine nautique de la Caraïbe.

Attention ! à trop vouloir couper la racine on entraîne la mort de l’arbre.

Promouvoir le gommier de compétition ne passe pas par la volonté de ressembler à l’autre, mais par celle d’être soi-même.

« tipoul suiv tikanna, i mo nenyen ! »

- - - - - - - - - -
« Si le gommier est « bwa fouyé*», l’autre embarcation traditionnelle, la yole, est conçue à partir d’une ossature sur laquelle on assemble des planches..
KBÉ.

Photo extraite du livre de Serge LUCAS : « Gommier : canot caraïbe » - 1989.

* Bwa fouyé : embarcation de type monoxyle

Pawol matché sé wòch

Yo ka pèd tèt yo

« San tradision pa ni péyi », c’est la devise de notre association, visiblement pas partagée par tout le monde…

Le Club des gommiers de la Martinique autorise la participation d’une embarcation faite de lattes et de planches de bois dit ’’ gommier ’’ aux régates de la saison.

Sachant que par définition qu’un gommier est une embarcation monoxyle (creusé dans un tronc d’arbre), il nous est très difficile de tolérer une telle dérive.

Soit disant pour des raisons de performance ou de modernisation, voire plus ridicule de concurrence avec la yole. Notre plus ancienne embarcation à voile est menacée.

De plus une telle décision devrait être prise en assemblée générale après discussion avec les membres voire un vote. Mi yole mi gommier voici venu le temps du « tout venant » dans nos régates et ‘’tout moun kontan’’ la vi a bel, bravo woulo...

En conclusion, quelque soit la dérive prise par certaines embarcations et surtout leur classement dans les régates notre position reste la même : question de principe.

S’il faut être mal vu par le comité directeur et certains coursiers ce n’est pas grave car nous avons notre conscience pour nous.

Jusqu'à mise à plat de ce problème AGT ne participera à aucune manifestation du Club des Gommiers de la Martinique.
Pli ta pli triss..

Jean-Paul SAINTE-ROSE

Source : LAVWA KA BA, trimestriel N ° 000, AGT.

Articles connexes :

  • Challenge AGT 2006
  • L'esprit du gommier
  • Course Côte Caraïbe des Gommiers

    Liens Web : Association Gommier et Tradition
  •  
    < Précédent   Suivant >

    Archives

    On n'oublie jamais le punch au coco (Henri Debs)

    On n'oublie jamais le ciel des Antilles, ni le punch au coco, ni le court-bouillon de vivaneaux.

     

    Connexion






    Mot de passe oublié ?
    Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

    Utilisateurs Connectés