20-11-2017
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Dernières Nouvelles
Top
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 540
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 

 


 

Documents connexes
Advertisement
La Martinique fait un premier bilan Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
17-08-2007

Un premier bilan économique sur l'étendue des dégâts en Martinique après le passage du cyclone Dean, et la mise en place des équipes d'intervention (vigilance grise) en fin de journée vendredi.

Bilan Martinique

Les équipes EDF essaient de rétablir le courant de la majorité des foyers privés d'électricité. L'alimentation en électricité de l'île a été presque totalement coupée au plus fort de l'ouragan et seul un tiers du réseau était reconnecté au moment de la conférence de presse du secrétaire d'Etat Estrosi.

Les principaux opérateurs télécoms (Orange, Only, Digicell) oeuvrent au rétablissement des télécommunications fortements touchées, et qui dépendent de l'alimentation électrique. Mais leur travail est ralenti par de nouveaux orages survenus en fin d'après-midi, et par l'état des routes jonchées de débris de la végétation et d'arbres arrachés. 

D'après le secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer, c'est le cyclone le plus violent qui ait touché la Martinique depuis plus de 20 ans. "En termes économiques, les dommages sont importants, voire dramatiques. Cent pour cent des plantations de bananes détruites et 70% de celles de canne à sucre", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Paris.

Le bilan humain est toujours d'un mort - un homme de 90 ans décédé d'une crise cardiaque à son domicile - et six blessés légers, dans l'attente de plus amples investigations, a-t-il précisé.

2.450 FONCTIONNAIRES MOBILISÉS

Les constructions en dur de la Martinique n'ont apparemment pas excessivement souffert du cyclone mais l'habitat précaire, où vit toujours une part importante des 400.000 habitants de l'île, est très gravement endommagé, a-t-il précisé.

La partie la plus touchée est le centre et le sud de l'île, où se trouvent la plupart des infrastructures touristiques.

Le secrétaire d'Etat, qui dit ignorer quand pourront reprendre les vols réguliers entre la France et l'île, s'y rendra à bord d'un avion gouvernemental samedi matin pour annoncer les premières mesures d'urgence, a-t-il dit.

"Nous ferons l'inventaire des conséquences économiques, sociales et humaines de ce cyclone. Nous ne laisserons personne sur le bord du chemin", a-t-il déclaré.

Quelque 2.450 fonctionnaires ont été mobilisés pour organiser les secours et déblayer les routes bloquées.

Soixante pompiers militaires partiront samedi matin de Paris ainsi que 30 pompiers des Alpes-Maritimes.

L'île voisine de la Guadeloupe enverra de son côté 65 pompiers. Elle n'a été touchée que marginalement par l'ouragan qui y a néanmoins privé d'électricité 10.000 foyers.

Selon le cabinet de Christian Estrosi, la banane est la principale ressource agricole de la Martinique, un secteur représentant environ 10.000 emplois pour une population totale de 400.000 habitants, et les plantations de banane occupent un tiers de la surface agricole utile de l'île.

D'après l'Union des groupements de producteurs de bananes de Guadeloupe et de Martinique, leur production commercialisée en 2006 a été de 251.000 tonnes.

Le secteur est le premier employeur privé des Antilles. Fortement concurrencé par les pays latino-américains, il connaît déjà d'importantes difficultés économiques depuis quelques années.

d'après Reuters, Thierry Lévêque

Pour Frédéric de Reynald, le président de Banamart (l'un des deux groupements de banane de Martinique), la situation est catastrophique : "100% de la banane martiniquaise est détruite et 70 % de la production de la Guadeloupe est réduite à néant. Je pense à nos 800 producteurs des deux îles et aux salariés qui se retrouvent sans activité. Il nous faudra beaucoup de courage pour se remettre au travail".

Selon certains professionnels de la filière, le secteur aurait besoin d'au moins 100 millions d'euros pour redémarrer. Et les premières bananes pourraient se retrouver sur les étals en février prochain. Les planteurs de bananes craignent que cette absence prolongée du fuit jaune des Antilles sur le marché européen leur soit préjudiciable.

Des inquiétudes que Christian Estrosi a tenté de dissiper lors de sa visite en Martinique : "Dès lundi matin, le préfet de Martinique va disposer des fonds de mon ministère afin de pouvoir réagir au cas par cas. Et mettre en place la procédure de catastrophe naturelle avec les communes pour que la globalité de la Martinique soit retenue".

"Ensuite, nous allons mettre en place la procédure de catastrophe agricole et puis nous allons engager les démarches auprès du Fonds social de l'Union européenne", a encore indiqué Chritian Estrosi.

Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer a par ailleurs réclamé l'ouverture d'un compte par la trésorerie générale: "Un bon nombre de nos compatriotes aussi bien de l'Hexagone qu'en Outre-mer nous ont fait part de leur désir à témoigner de leur solidarité face à cette situation que rencontrent les Antilles; ce compte sera mis en place lundi prochain".

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2017 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM