25-11-2017
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Dernières Nouvelles
Top
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 540
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 

 


 

Documents connexes
Advertisement
Honduras : le président Zelaya de retour... au Nicaragua Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
05-07-2009

Le président hondurien Manuel Zelaya tente de revenir dans son pays le Honduras après avoir été expulsé par l'armée suite à une crise politique le 26 Juin. Il est actuellement au Nicaragua, Washington ne souhaitant pas son retour aux Etats-Unis.

Manuel Zelaya est au Nicaragua

Le président Manuel Zelaya, de retour au Honduras, est arrivé au Nicaragua. Parti des Etats-Unis l'avion transportant le président déchu n'a pas pu pour l'instant atterir au Honduras. 

TEGUCIGALPA. AP. 6 Juillet 2009. Le président destitué du Honduras, Manuel Zelaya, qui est parti dimanche de Washington avec la ferme intention de revenir chez lui, a dû atterrir au Nicaragua, la piste d'atterrissage du principal aéroport de son pays étant bloquée par l'armée, empêchant son avion de se poser, a-t-il expliqué. 

Des milliers de partisans de Manuel Zelaya se trouvaient eux au sol, à  l'aéroport, réclamant l'intervention des casques bleus. Des heurts ont éclaté avec la police et les soldats présents. Au moins une personne a été tuée d'une balle dans la tête, a rapporté un photographe de l'Associated Press, témoin de la scène. Et au moins 30 autres manifestants sont blessés, dont une femme poignardée, selon un porte-parole de la Croix-Rouge.

Les soldats honduriens ont positionné leurs camions militaires dans et autour de l'aéroport international de Tegucigalpa. Le pilote de l'avion vénézuélien de Manuel Zelaya a déclaré, après un ultime survol, que l'atterrissage serait "complètement impossible". Quelques minutes avant, le président destitué avait appelé l'armée à  revenir de son côté, "au nom de Dieu, au nom du peuple et au nom de la justice".
Il essaiera de nouveau ces lundi ou mardi. "Je suis le chef des forces armées, élu par le peuple et je demande aux forces armés de se conformer à  l'ordre d'ouvrir l'aéroport pour qu'il n'y ait aucun problème pour atterrir et embrasser mon peuple", a dit Manuel Zelaya pendant son vol.


Selon le président intérimaire Roberto Micheletti, le Nicaragua aurait massé des troupes à  la frontière avec le Honduras, ce qu'a démenti de son côté le président nicaraguayen Daniel Ortega, que Manuel Zelaya a rencontré peu après son arrivée.

Auparavant, le gouvernement civil intérimaire, mis en place après le coup d'Etat avalisé par le Parlement et la Cour suprême du Honduras, avait ordonné à  l'armée d'empêcher l'atterrissage de l'avion de Manuel Zelaya ou de tout autre appareil non identifié. En outre, les nouveaux dirigeants ont prévenu qu'un mandat d'arrêt attendait le président destitué s'il s'avisait de rentrer, après avoir été expulsé le 28 juin par l'armée.

En signe de soutien à  Manuel Zelaya, au moins trois avions ont également quitté Washington et suivi son appareil. Transportant plusieurs présidents d'Amérique latine, ainsi que le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA) et des journalistes, ils avaient prévu d'atterrir à  Tegucigalpa. Ils pourraient donc décider de se poser au Salvador voisin. Washington a en outre déconseillé à  Manuel Zelaya de revenir aux Etats-Unis. (source : AP)

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2017 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM