23-11-2017
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Dernières Nouvelles
Top
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 540
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 

 


 

Documents connexes
Advertisement
Frantz Fanon le cinquantenaire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
05-12-2011

Le 6 Décembre 2011 marque le cinquantenaire de la mort de Frantz Fanon (né en Martinique le 20 Juillet 1925).

Frantz Fanon cinquantenaire de sa mort
Frantz Fanon

Il y a un demi-siècle disparaissait Frantz Fanon, l'un des plus grands penseurs de la lutte anticoloniale. Né en Martinique, il fut un ardent défenseur de l'indépendance algérienne, pays où il est inhumé. Psychanalyste et écrivain il a décrit les mécanismes psychologiques par lesquels l'oppresseur poursuit son asservissement de l'opprimé.

Peaux noires, masques blancs, le titre de la thèse en psychiatrie de Frantz Fanon, résume à lui seul, la vie et l'oeuvre de ce penseur hors normes. Un titre où l'on entend poindre la critique psychanalytique et politique du colonialisme, les ravages d'une pensée qui a asservi une partie de l'humanité, s'emparant des corps comme des esprits.


Frantz Fanon : la dialectique de l'oppresseur et de l'opprimé         

Né Français en Martinique en 1925, Frantz Fanon est mort Algérien, 36 ans plus tard, atteint d'une leucémie. Entre temps, il a cru aux idéaux de la République française, allant jusqu'à combattre les nazis en Alsace. Mais le racisme ordinaire qu'il découvre en métropole, au pays des droits de l'homme, le blesse et l'écarte définitivement des thèses intégrationnistes d'un Aimé Césaire.        
 

Frantz Fanon : le racisme

Il devient psychiatre et entre à l'hôpital de Blida en Algérie. Là aussi c'est le choc. L'école de psychiatrie d'Alger est alors foncièrement raciste. Les indigènes y sont vus comme de grands enfants. Mais Frantz Fanon se bat pour ses idées et contre le colonialisme. Il se rapproche alors du FLN, le mouvement de libération algérien.

Il démissionne de l'hôpital, se fait expulser d'Algérie et part vivre en Tunisie, où il représente le FLN. Quelques temps avant sa mort, il publie son vibrant manifeste, Les damnés de la terre. Préfacé par Sartre et longtemps interdit en France. Il meurt en 1961, ayant vu les indépendances africaines.
Source  : RFI

 

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2017 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM