24-11-2017
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Dernières Nouvelles
Top
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 540
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 

 


 

Documents connexes
Advertisement
France Argentine (Rugby) : le XV de France pétrifié Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
07-09-2007

La France s'est inclinée (12-17) face à l'Argentine en match d'ouverture de la Coupe du monde de rugby disputé vendredi soir au Stade de France, réactions et résumé du match.

Les réactions après le match France-Argentine

Bernard Laporte, entraîneur du XV de France: "Evidemment, on est déçus car on comptait beaucoup sur cette entame de Coupe du monde. On n'a pas su enlever la pression qui pesait sur les joueurs. Maintenant on va essayer de les accompagner. C'est regrettable, mais il reste trois matches à jouer. Ce soir, les meilleurs ont gagné même s'il est certain qu'on n'a pas joué à notre niveau. On a été fragiles et fébriles. Désormais, le challenge est encore plus beau, on se l'est rendu difficile. Ce soir, on se contentera du point de bonus en espérant que ça comptera à la sortie"

Raphaël Ibanez, capitaine de l'équipe de France: "On avait préparé ce match de la meilleure façon. L'attente avant cette Coupe du monde était immense. C'est une vraie déception, l'équipe n'a pas été à la hauteur de l'événement et de son public. Mais j'y crois encore. Ça a été compliqué pour quelques-uns d'entre nous, il faut travailler encore plus dur. Le challenge est immense, nous ne sommes pas résignés. J'attends de la solidarité au sein du groupe pour relever un challenge désormais plus compliqué que prévu.

L'Argentine a fait ce qu'il fallait, de notre côté nous n'avons pas su nous dégager de leur emprise collective."

Rémy Martin: "Il faut essayer de rebondir, c'est vrai que c'est compliqué maintenant. On n'a pas su gérer notre jeu correctement. Ils nous ont pourris tous nos ballons. Il faudra tout gagner, marquer un maximum d'essais. Le destin n'est pas entre nos mains. Sur la passe interceptée, on m'appelle, je fais la passe quand j'aurais peut-être dû attendre et la faire après le plaquage.

Bizarrement, on a pensé être bien toute la semaine, et finalement on n'a pas su se défaire de cette pression."

Damien Traille: "C'est une grosse déception, une grosse claque. On est passés complètement à côté. On a pris un point de bonus défensif qui pourra compter par la suite. On a senti qu'on était fébriles. On a fait beaucoup de fautes de main."

Marcelo Loffreda, entraîneur du XV d'Argentine: "L'équipe d'Argentine a très bien joué en première mi-temps. Nous avons su maintenir la pression sur les arrières français. Maintenant, il faut rester prudents et se concentrer sur notre prochain match contre la Géorgie.

Agustin Pichot, capitaine de l'équipe d'Argentine: "Nous n'avons pas succombé à l'émotion, nous avons gardé le contrôle de nos nerfs. C'est une victoire très importante. L'Argentine était tenue à l'écart du rugby mondial, aujourd'hui tout le monde sait qu'on existe, que nous sommes fiers d'être Argentins. Nous ne sommes pas les meilleurs techniquement, tactiquement et physiquement. Mais le rugby est un jeu qui se joue avec le coeur et la solidarité. C'est plus important que les phases techniques. Aujourd'hui, l'équipe était affamée et avait très envie d'écrire une page de l'histoire du rugby argentin."

Résumé du match France Argentine 

Plus agressifs et toujours très malins, les Argentins qui disputaient la rencontre inaugurale pour la troisième fois et restaient sur deux défaites ont, cette fois, vaincu le signe indien en profitant de la grande fébrilité des Tricolores. Ces derniers sont passés à côte d'un match qu'ils attendaient tant tout en le redoutant. En cinq rencontres face aux Bleus depuis 2000, les Argentins restaient, en effet, sur quatre victoires.

Pris par l'agressivité argentine dont le jeu était pourtant on ne peut plus prévisible, les Tricolores ont encaissé le seul essai du match en contre en première période et étaient menés 17-9 au repos.

En seconde période, ils ont inversé la domination sans pouvoir rejoindre les Pumas qui se sont accrochés pour sauver cette victoire très précieuse dans ce groupe D où l'Argentine, la France et l'Irlande, trois équipes classées dans les six premières mondiales, sont en concurrence pour les deux premières places qualificative en quart de finale. La France est d'ores et déjà mise en grande difficulté et ne pourra ambitionner que la deuxième place de la poule.

La France jouera son deuxième match du premier tour le 16 septembre contre la modeste Namibie à Toulouse, tandis que l'Argentine affrontera, dès mardi soir, la Géorgie à Lyon. Entre-temps l'Irlande aura joué contre la Namibie, dimanche.

Pris par l'émotion de l'événement, les Tricolores avaient laissé la lucidité aux vestiaires. L'agressivité argentine faisait le reste. En deux minutes Juan Martin Hernandez, qui était aligné en numéro 10, pouvait tenter deux drops sans trouver le cadre (2e et 3e).

Felipe Contepomi commençait son festival au pied tout de suite après. Il passait une première pénalité (4e) qui concrétisait la domination argentine.

David Skrela égalisait immédiatement (3-3, 6e) mais les Français, toujours trop fébriles, continuaient de mal négocier leurs ballons et à les rendre. Les Argentins restaient donc dominateurs avec un jeu simple s'appuyant sur les avants ou les chandelles de Hernandez, s'envolant très haut dans le ciel de Saint-Denis. Contepomi ajoutait encore deux pénalités (9-3, 23e).

Les Bleus cherchaient à donner de la vitesse au jeu mais avaient bien du mal. Sur une balle de récupération, Damien Traille arrivait pourtant à partir en contre-attaque mais Rémy Martin qui l'avait relayé voyait sa passe interceptée alors que l'essai était au bout. Le contre argentin fusait sur le gazon avec à l'arrivée la pointe de vitesse d'Ignacio Corleto qui faisait la différence pour le premier essai du match (14-3, 27e).

Avant la pause les hommes de Bernard Laporte reprenaient un peu le fil du match. Skrela passait deux pénalités (31e et 40e). Contepomi répliquait par une quatrième (34e), si bien que les Pumas possédaient une confortable avance au repos (17-9) en dégageant le sentiment de bien contrôler les débats.

A la reprise, les Bleus déclenchaient un monumental maul pénétrant puis pilonnaient la ligne adverse gagnant centimètre par centimètre mais sans conclure ce magnifique temps fort malgré plusieurs minutes presque sur la ligne.

Malgré tout, la France paraissait de mieux en mieux. Son jeu au pied devenait plus précis et les Français commençaient à trouver des intervalles au large. Les Argentins commettaient des fautes parfois grossières pour enrayer les mouvements adverses mais l'arbitre ne sortait pas le moindre carton jaune. Skrela manquait une pénalité dans ses cordes (55e) mais se reprenait (17-12, 59e)

Laporte changeait trois avants en même temps pour régénérer le pack. La France avait dès lors la main sur le match mais les Argentins faisaient tout pour casser le rythme en provoquant de nombreux arrêts de jeu.

Malgré leur fatigue, ils défendaient d'autant plus facilement que les Bleus continuaient de rendre des ballons. Frédéric Michalak manquait une pénalité (71e). Heureusement Contepomi l'imitait en fin de match permettant à la France de mourir à cinq longueurs et d'engranger le point de bonus défensif.

Source : AP.

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2017 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM