Menu Content/Inhalt
France : Dupont-Aignan libre de Nicolas Sarkozy et candidat à la présidentielle Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
13-01-2007

Nicolas Dupont-Aignan, gaulliste républicain candidat à la présidentielle a décidé de quitter opportunément l'UMP à cause d'un désaccord avec Nicolas Sarkozy.

Dupont-Aignan libre de l'UMP et candidat à la présidentielle

Le ministre de l'intérieur lui aurait refusé le droit de s'exprimer lors du congrès de l'UMP demain, qui doit désigner son candidat à la présidentielle.
"A partir du moment où je suis en désaccord avec le fond, à partir du moment où l'on ne peut plus s'exprimer, je crois qu'il faut avoir l'honnêteté vis-à-vis des Français d'être cohérent, de dire les choses jusqu'au bout, et d'offrir un vrai choix à mes compatriotes", a déclaré Nicolas Dupont-Aignan.
Mais le député UMP de l'Essonne prévient : "Cela ne m'empêchera pas en aucun cas d'aller jusqu'au bout".
Il a déjà récolté 375 promesses sur les 500 obligatoires pour pouvoir se présenter, "mais maintenant, je suis convaincu de les avoir. Beaucoup de maires voulaient quelqu'un de libre", a-t-il assuré.
Nicolas Dupont-Aignan s'est très souvent opposé à des décisions de son camp. Exemples : il a voté non au projet de traité constitutionnel européen ; il était également opposé au CPE ou encore à la privatisation de GDF. Par ailleurs, le candidat de 2007 "gaulliste et républicain", président du club "Debout la France", avait refusé de participer aux trois premiers débats de l'UMP, les qualifiant de "mascarade".

Nicolas Dupont-Aignan ironise sur Nicolas Sarkozy

Nicolas Dupont-Aignan quitte donc l'UMP à la veille du sacre de Nicolas sarkozy, seul candidat en lice ­ après avoir «transformé l'UMP en machine à exclure toute autre possibilité de candidature», selon l'expression du député UMP Nicolas Dupont-Aignan qui se présente donc à la présidentielle en dehors du parti :­ le patron de l'UMP va être sacré avec 100 % des voix exprimées des 330 000 militants encartés dimanche 14 Janvier - sans aucun message de soutien de Jacques Chirac. Jean-Marie Le Pen (FN), quant à lui, dans une interview à paraître bientôt dans un grand quotidien français, persiste à penser que Jacques Chirac sera lui aussi candidat à l'élection présidentielle de 2007.

 
< Précédent   Suivant >

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous