22-11-2017
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Dernières Nouvelles
Top
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 540
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 

 


 

Documents connexes
Advertisement
Fort-de-France : Nouvelles émeutes et violences dans la nuit Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
26-02-2009

De nouvelles, émeutes, violences et affrontements entre de jeunes délinquants en cagoule et les forces de l'ordre sont à déplorer dans la nuit de Mercredi des Cendres à jeudi 26 Février à Fort-de-France, sur fond de grève générale en Martinique.

Emeutes à Fort-de-France (Martinique)

C'est la fin du carnaval 2009 à Fort-de-France : fumées, détonations et  gaz lacrymogènes, cocktail molotov dans la ville, incendies de voitures et de poubelles, c'est une nuit plus intense que celle d'hier pour les forces de l'ordre et la délinquance juvénile foyalaise.

Une voiture-bélier contre le supermarché Carrefour Dillon, un tracteur-bélier contre le magasin "Intersport" sont les principaux chars du défilé cette année.

Au centre ville de Fort-de-France et sur le boulevard du Général de Gaulle, les gendarmes mobiles ont tenté de déjouer les actes de violences et de vandalisme d'une cinquantaine de jeunes martiniquais, en utilisant du gaz lacrymogène.

On peut regretter que le collectif du 5 Février 2009, groupe de syndicats encadrant la grève, dans une communication à la télé ATV n'ait pas condamné assez fermement les violences de la veille préférant plutôt vilipender les patrons dans leur entêtement et l'Etat dans son inertie. Le collectif "ne tient pas ces jeunes" "pour responsables de la situation", d'ailleurs fortement dégradée dans la capitale et qui pourrait occasionner des victimes. Les auteurs de ces violences de toute façon, agissent de leur propre chef, profitent de la situation, et ne sont aucunement liés aux manifestants.

Par ailleurs, dans l'île soeur, pour trouver une solution à la grève en Guadeloupe, le gouvernement a proposé un Revenu supplémentaire temporaire d'activité (RSTA) avec 80 euros mis par l'Etat jusqu'"à l'horizon 2011" avant un retour au revenu de solidarité active (RSA).

De plus, une quote-part des entreprises de 50 à 90 euros exonérées de toutes charges salariales et patronales et  une participation de 50 euros des conseils général et régional permettraient d'atteindre "à peu près" les 200 euros réclamés par le LKP (Liyannaj Kont Pwofitation) depuis le 20 Janvier. Elie Domota a dit que le montage serait "examiné" sans rien encore laisser filtrer des intentions du collectif LKP sur la suite : "On est habitué aux revirements du patronat, on se méfie, la grève continue".

En Martinique, par contre la situation n'avance pas beaucoup, on pourrait même dire qu'elle recule...

Le député-maire de Fort-de-France Serge Letchimy a lancé un "appel au calme et au civisme", parlant de la "gravité de la situation", d'un "malaise profond" et "d'exclusion", au delà du mouvement social en cours.

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2017 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM