23-11-2017
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Dernières Nouvelles
Top
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 540
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 

 


 

Documents connexes
Advertisement
Fin de la grève en Guadeloupe ce soir 4 Mars... Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
04-03-2009

Ce soir après 44 jours de conflit social la fin de la grève en Guadeloupe va être signée entre le LKP et l'état mercredi 4 Mars.

Fin de la grève Guadeloupe 

De la préfecture de Guadeloupe, on apprend qu'un accord de fin de grève doit être signé ce mercredi soir au port autonome de Basse-Terre.

Un document récapitulant les avancées obtenues par les grévistes sera ainsi ratifié vers 20h par le LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon) représenté par M. Elie Domota, le préfet M. Desforges, représentant l'état français, et le président de conseil régional Victorin Lurel.

Les parties se sont donc données rendez-vous pour mettre fin à un conflit qui paralyse l'économie de la Guadeloupe depuis le 20 Janvier. Dès le 20 Décembre, un collectif d'organisations syndicales s'était constitué et organiser en Lyannaj Kont Pwofitasyon (Alliance contre la surexploitation) pour revendiquer des avancées sociales en Guadeloupe. Une hausse de 200 euros pour les bas salaires était leur principale revendication, qui a été actée dans un accord interprofessionel régional obtenu la semaine dernière.

La signature d'un accord de fin de grève était le préalable à tout déblocage et reprise d'activités par les grévistes.

Fin de la grève Guadeloupe mercredi 4 mars

Guadeloupe: le LKP a signé le protocole de suspension du conflit 


Le leader du collectif LKP, Elie Domota, a signé avec les représentants de l'Etat le protocole de suspension du conflit, après 44 jours de grève générale en Guadeloupe, mercredi à 20h (jeudi à 1h, heure de Paris; minuit GMT).

"La grève est suspendue, les blocages systématiques sont soulevés", a expliqué à l'Associated Press Jocelyn Lapitre, membre de "Travailleurs et Paysans" ("Travayè é Péyizan"), adhérents au LKP, soulignant toutefois que "le LKP se réserve la possibilité de grèves sectorielles, si l'accord signé n'était pas respecté".

Le protocole d'accord final a été signé au port autonome de Pointe-à-Pitre par les différentes parties. Etaient présents le préfet Nicolas Desforges, le LKP, le secrétaire général de l'UGTG, les présidents du conseil régional Victorin Lurel et du conseil général Jacques Gillot.

La fête a été des plus consensuelles. Elie Domota a pris la parole devant la foule venue l'acclamer. Accompagné de Nicolas Desforges, Victorin Lurel et Jacques Gillot, il a appelé à ne pas laisser l'élan retomber.

"C'est un moment historique, où la Guadeloupe se retrouve après un très long conflit qu'il aurait été souhaitable de régler plus tôt", s'est exclamé de son côté Victorin Lurel, alors que l'heure était aux cris de joie et aux manifestations d'enthousiasme. Jacques Gillot a, lui aussi, manifesté sa joie.

Le maire de Pointe-à-Pitre Jacques Bangou s'est écrié avec un immense sourire: "Elie Domota, un leader charismatique!".

Le maire de Sainte-Rose Richard Yacou est aussi venu fêter la nouvelle dans la soirée au port autonome, tout comme de nombreux élus. "Chacun doit apporter sa contribution pour construire le pays", a-t-il dit.

Le maire de Pointe-Noire Félix Desplan, pragmatique, n'a pas pu ne pas dire tout haut ce que beaucoup pensaient tout bas: "Nous aussi, maires, nous faisons un gros effort, nous faisons des sacrifices...", faisant allusion à la part d'octroi de mer revenant aux communes et qui sera désormais inférieure, l'argent devant servir à aider le patronat à verser les fameux 200 euros de bonus aux bas salaires.

Mais déjà, des voix discordantes s'élevaient, notamment celles d'Alex Lollia, secrétaire général de la CTU, qui occupe à Jarry depuis mardi matin un immeuble, avec une centaine de personnes, ainsi que depuis mercredi matin les dépôts des grands magasins Cora, Match et de la chaîne de supérettes Ecomax. "J'appelle, pour que les patrons soient obligés d'appliquer l'accord Jacques Bino, accordant 200 euros d'augmentation aux bas salaires, à la création de Liyannaj de base. On doit occuper les entreprises, obliger les patrons à signer", a-t-il dit.

Les négociations concernant les prix de 54 produits alimentaires de première nécessité se poursuivront.

La grève générale paralysait l'île antillaise depuis le 21 février, même si depuis trois jours déjà, l'activité avait repris, les écoles rouvert, en toute discrétion, pour ne pas susciter de blocages. L'approvisionnement en gaz (par bombonnes, le réseau municipal n'existant pas) a repris doucement. Les gens ne font plus la queue aux stations-services depuis ce week-end. Seules les grandes surfaces restaient encore fermées ou bloquées, les petits commerces assurant l'approvisionnement des Guadeloupéens.

Des milliers de touristes avaient annulé leurs vacances aux Antilles.

PRINCIPAUX POINTS DU PROTOCOLE d'ACCORD LKP

NIVEAU DE VIE ET POUVOIR D'ACHAT

- une "prime de solidarité active de 200 euros" sera versée "de façon exceptionnelle par l'Etat au mois d'avril 2009 aux 51.000 foyers guadeloupéens qui perçoivent les plus bas revenus"

- un "revenu supplémentaire temporaire d'activité" (RSTA) sera servi "à compter du 1er mars 2009 pour une période 36 mois à l'ensemble des salariés du privé jusqu'à 1,4 SMIC inclus"

- le conseil général et la région Guadeloupe "s'engagent à verser, à compter du 1er mars 2009, chacun pour sa part une prime exceptionnelle de 25 euros sur 12 mois pour un montant total de 24 millions d'euros aux salariés dont la rémunération est comprise entre 1 et 1,4 SMIC"

- la région Guadeloupe "s'engage à verser au plus tard le 30 juin 2009 une prime exceptionnelle de 100 euros aux 80.000 foyers qui perçoivent les plus bas revenus"

- l'Etat "s'engage à créer un fonds de soutien exceptionnel de trois millions d'euros au bénéfice des 17.000 allocataires du minimum vieillesse et des 7.000 allocataires de l'allocation adulte handicapé"

- le conseil général "décidera en 2009" d'une "diminution de la taxe d'habitation de 9% et de la taxe sur le foncier bâti de 7%", applicable en 2010

BAISSE DES PRIX DE PRODUITS DE PREMIERE NECESSITE

- établissement "avant la fin du mois de mars 2009" d'une liste de produits de première nécessité "les plus vendus au sein de 100 familles de produits par enseigne, repérables par les consommateurs". Ces produits seront vendus "à des prix proches de ceux de l'Hexagone"

- gel en 2009 du prix de la baguette de pain de 250 grammes

- les signataires du protocole "prennent acte des engagements de la grande et moyenne distribution à répercuter immédiatement dans le prix de vente toute baisse de taxes"

BAISSE DU PRIX DES CARBURANTS

- les signataires "prennent acte que dans le conflit en cours, une baisse des prix des carburants de six centimes a été effectuée le 9 février". Entre le 1er décembre 2008 et le 12 février 2009, "quatre baisses successives" des prix ont été réalisées par l'Etat, représentant au total "43 centimes pour l'essence sans plomb" et 40 centimes pour le gazole"

- l'Etat "soutiendra la mise en place" d'un "nouveau dispositif de gestion des carburants" assurant "une plus grande transparence de la structure des prix"

LOGEMENT

- les bailleurs sociaux "garantissent le gel du loyer pour les locataires de Guadeloupe en 2009"

- l'Etat s'engage "à aligner les dispositifs sociaux d'aide au logement" sur "ceux de l'Hexagone"

- l'Etat s'engage à "mobiliser des moyens financiers pour produire au moins 3.000 logements sociaux en 2009" pour "des familles modestes"

TRANSPORTS

- le conseil général s'engage à prendre en charge une "baisse de 20% des transports terrestres interurbains", avant "la fin du 1er semestre 2009"

- l'Etat, dans le cadre de sa "nouvelle politique de continuité territoriale, mettra à disposition des familles les plus modestes de la Guadeloupe 40.000 billets aller/retour Pointe-à-Pitre/Paris au prix de 340 euros hors taxe d'aéroport"

FORMATION, EMPLOI

- l'Etat "finalisera avant la fin du mois de mai 2009" un "plan d'urgence pour la formation et l'insertion professionnelle des jeunes en difficulté", qui concernera "8.000 jeunes entre 16 et 26 ans"

- les "principes républicains sanctionnent toute discrimination à l'embauche, toutefois l'Etat est conscient de la nécessité de mettre en place avant la fin 2009 un programme d'égalité des chances et de volontarisme républicain en partenariat avec le monde économique".

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2017 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM