17-11-2017
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 540
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 

 


 

Advertisement
En Guadeloupe-Martinique petits meurtres entre amis Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
10-09-2013

Synthèse. Le constat de la situation criminogène récente en Guadeloupe et Martinique est différent de celui de Marseille et de la Corse.

Guadeloupe Martinique petits meurtres en amis


Quand hors des jours étrangers, germeras-tu une tête tienne sur tes épaules renouées ? (Aimé Césaire, 1960)

Ce n'est pas un scénario de fiction. Les faits sont là en Guadeloupe, département français actuellement huit fois plus criminogène que la cité phocéenne ou l'île de beauté.
Le constat ne laisse pas l'ombre d'un doute : environ deux fois plus d'homicides pour quatre fois moins d'habitants que Marseille. Au point que le nombre d'homicides (37) dépasserait le nombre de tués sur la route, est supérieur à la Corse et Marseille réunies, du jamais vu.
La Martinique, île sœur, n'est pour le moment guère mieux lotie. En deux semaines, déjà au moins deux faits divers sanglants largement commentés dans les médias et les conversations.
C'est le cas d' Allan Bourgeois, victime de 18 ans, qui alimente la chronique ces jours-ci, soit disant tué "par son meilleur ami". (Un faux meilleur ami, s'entend). Un cas de disputes avec arme à feu en pleine rue vient d'être découvert à Sainte Marie, soldée par la mort d'un individu de 21 ans.

La caractère stupéfiant du comportement de sang-froid de l'auteur présumé du crime Allan Bourgeois, seulement âgé de 17 ans, a contribué à déchaîner les réactions.

Alors que certains comparent cette flambée de violence à d'autres lieux réputés pour leur criminalité d'ailleurs très médiatisée (Marseille, Corse), on reste frappé par le fait que les auteurs et victimes de ces faits divers aux Antilles sont en général issue de la population jeune.

Dans les milieux méditerranéens il est avéré que le nombre d'homicides par mort violente ou arme à feu est généralement imputé à une guerre de gangs ou de bandes rivales se disputant le marché de la drogue ou de la prostitution, ou à des règlement de comptes, aggravés par l'utilisation d'armes de guerre lourdes, de mitrailleuses automatiques.

Aux Antilles, malgré quelques affaires liés au crime organisé, il s'agit plutôt de "petits meurtres entre amis", c'est à dire des meurtres pour RIEN à l'arme de faible calibre ou à l'arme blanche, touchant des personnes proches évoluant dans le même environnement social ou familial, ou de victimes de braquages.


D'autres tirent les conclusions qui les intéressent : démission de l'état, de l'autorité gouvernementale, démission de l'autorité parentale, défaut d'éducation, d'encadrement, de formation, climat social et politique propice au désœuvrement de la jeunesse laissée pour compte, chômage, influence des étrangers, des médias , de la télé, de la société de consommation, chacun y va de son explication et n'hésitent pas à la globaliser. Les démographes pointent même l'arrivée à l'âge adulte de CAF baby boomers, sorte de jeunesse conçue et entretenue par les prestations sociales sans véritable but, projet ni emploi ni occupation, et donc terrain vulnérable à la délinquance, à l'activité et au comportement criminels. L'oisiveté est la mère de tous les vices. Etc., etc.

A cela, il convient d'ajouter dans ce débat :  Manque de courage, d'énergie morale, de fermeté, c'est à dire... lâcheté. Le fait de lâcher, de laisser aller...


Ce qu'il faut enfin retenir c'est que malgré la hausse des effectifs de police et de gendarmerie, les gesticulations politiques, nul n'est en mesure actuellement d'apporter la moindre solution durable à cette situation dramatique qui semble résulter d'un problème de fond, de la fuite de la société devant ses responsabilités, ses valeurs les plus élémentaires (comme l'éducation et la protection des enfants).

N'est-ce pas une profonde déchéance pour tous les Guadeloupéens et les Martiniquais qui sont en train de sacrifier à une société matérielle illusoire les fondamentaux de leur responsabilité et de leur avenir ?

 

 

 

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2017 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM