25-11-2017
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Dernières Nouvelles
Top
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 540
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 

 


 

Documents connexes
Advertisement
Clinton conteste l'investiture d'Obama Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
03-06-2008

La sénatrice de New York Hillary Clinton, conteste un rapport faisant état par l'Associated Press de la quasi investiture de Barack Obama pour le parti démocrate aux prochaines élections présidentielles US du 4 Novembre.

Barack Obama 

La direction de campagne de Clinton a démenti un rapport selon lequel le sénateur de New York Hillary Clinton reconnaîtrait mardi soir que Barack Obama a les délégués lui assurant la désignation à l'investiture démocrate.

Le directeur de campagne Terry McAuliffe a déclaré à CNN que l'ancienne première dame Clinton n'était «absolument pas» sur le point de se retirer de la campagne et a déclaré que le rapport de Associated Press est complètement erroné.

Rapport de l'associated Press :
 

Barack Obama assuré de l'investiture démocrate 

Barack Obama devrait être le premier candidat noir d'un grand parti à la présidence des Etats-Unis. Le sénateur de l'Illinois a décroché mardi les derniers soutiens nécessaires pour revendiquer l'investiture démocrate, selon les calculs de l'Associated Press. Il affrontera le républicain John McCain en novembre pour la Maison Blanche.

Hillary Clinton s'apprêtait selon son entourage à reconnaître le succès de son adversaire sans pour autant officiellement se retirer.

A quelques heures encore des primaires du Dakota du Sud et du Montana, Barack Obama, 46 ans, ne devait plus obtenir que 38 délégués pour atteindre la barre des 2.118 délégués et superdélégués requis pour être désigné comme le champion du Parti démocrate à la convention nationale d'août à Denver (Colorado). Près de 200 superdélégués, sur environ 800 au total, ne s'étaient pas encore prononcés, ni pour Mme Clinton ni pour M. Obama. En outre, 31 ultimes délégués étaient en jeu mardi. Les bureaux de vote devaient fermer à 21h (mercredi 1h GMT, 3h à Paris) dans le Dakota du Sud et 22h (mercredi 2h GMT, 4h à Paris) dans le Montana.

Mais dans la soirée, il apparaissait sur la foi des prises de position publiques et de plus d'une dizaine de soutien exprimés en privé, que Barack Obama allait mathématiquement franchir le seuil fatidique, même s'il perdait les dernières primaires.

Selon des responsables de sa campagne, Mme Clinton devait reconnaître que M. Obama avait atteint le nombre de délégués nécessaire pour décrocher la nomination démocrate si tel était le cas. Mais elle ne devait pas annoncer la suspension ou la fin de sa campagne lors du discours qu'elle devait prononcer à New York. Et elle continuera à s'exprimer sur des dossiers comme la santé et la protection sociale, ont précisé ces responsables sous couvert de l'anonymat.

Le président de sa campagne Terry McAuliffe, invité mardi de l'émission "Today" sur NBC a déclaré qu'une fois la majorité des délégués obtenue par M. Obama, "Hillary Clinton le félicitera et l'appellera le nominé". L'ancienne First Lady se trouvait mardi à son domicile de Chappaqua, dans l'Etat de New York, avec son mari, l'ancien président Bill Clinton.

Les dirigeants du Parti démocrate sont impatients de mettre fin à la longue bataille des primaires qui a certes passionné les électeurs démocrates et battu des records de collecte de fonds de campagne, mais a aussi provoqué d'inquiétantes divisions dans le parti. Des dissensions qui pourraient nuire aux chances du candidat démocrate lors de l'élection présidentielle du 4 novembre.

Alors que l'épilogue des primaires semblait proche côté démocrate, John McCain, déjà assuré depuis longtemps de décrocher l'investiture républicaine, devait s'exprimer mardi soit à Kenner, dans la banlieue de La Nouvelle-Orléans (Louisiane), dans ce qui ressemble fort au coup d'envoi de la campagne pour l'élection de novembre.

Conscient de la difficulté de la bataille à venir, Barack Obama a déclaré à l'Associated Press lundi: "Nous avons beaucoup de travail à faire pour rassembler le parti." Le sénateur de l'Illinois devait tenir mardi son dernier meeting de la saison des primaires au Xcel Energy Center à Minneapolis-Saint Paul (Minnesota). Tout un symbole: c'est en effet là que le Parti républicain se réunira du 1er au 4 septembre pour investir officiellement John McCain. Or dès ce week-end Barack Obama a pris une série d'initiatives montrant qu'il se concentrait désormais sur l'échéance du 4 novembre. AP

Barack Obama décroche mathématiquement l'investiture démocrate 


Barack Obama a décroché mathématiquement mardi l'investiture démocrate pour la présidentielle de novembre aux Etats-Unis, en se basant sur le nombre de délégués dont il est sûr de bénéficier, selon un décompte de l'Associated Press.

Avant même les résultats des dernières primaires de ce mardi dans le Montana et le Dakota du Sud, le sénateur de l'Illinois devient ainsi le premier candidat noir qui représentera son parti à l'élection présidentielle. Il s'impose au terme d'une campagne longtemps incertaine qui l'a opposé à Hillary Clinton dans le camp démocrate.

Le décompte d'AP se base sur les engagements pris publiquement par des délégués, ainsi que sur plus d'une douzaine d'engagements privés. Il inclut aussi un nombre minimum de délégués dont Barack Obama est sûr d'avoir le soutien, même s'il perd les deux primaires du Montana et du Dakota du Sud.

Le sénateur de l'Illinois, 46 ans, sera opposé au sénateur républicain de l'Arizona John McCain à l'automne pour devenir le 44e président des Etats-Unis. (source : AP)

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2017 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM