Menu Content/Inhalt
Accueil
Brésil Crash de Sao Paulo au moins 189 morts Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
18-07-2007

Après le crash de Sao Paulo, le Brésil en deuil après la plus grave catastrophe aérienne de l'histoire du pays, accident d'avion qui a fait au moins 189 morts.

Les secouristes s'employaient mercredi à dégager des dizaines de corps de la carlingue calcinée d'un avion qui a manqué son atterrissage à Sao Paulo, sur un aéroport connu pour ses pistes courtes et glissantes par temps de pluie. Un deuil de trois jours a été décrété après cet accident qui a fait au moins 189 morts.

Il s'agit de la plus grande catastrophe aérienne de l'histoire du Brésil, quelques mois après celle de septembre au-dessus de la forêt amazonienne, dans laquelle 154 personnes avaient trouvé la mort. Le gouverneur de l'Etat de Sao Paulo (sud-est) Jose Serra jugeait "pratiquement nulles" les chances de retrouver des survivants, la température ayant atteint les 1.000 degrés Celsius dans l'appareil en feu.

Les autorités ont fait état d'au moins trois personnes tuées au sol, auxquelles s'ajouteraient les 186 personnes que transportait le vol 3054 de la TAM Linhas Aereas, selon la compagnie brésilienne qui n'a pas communiqué leurs nationalités.

Des équipes de médecins, légistes et secouristes s'activaient au milieu des débris calcinés de l'avion, qui assurait la liaison entre Porto Alegre, dans le sud du pays, et la mégapole de Sao Paulo. En fin de journée, 117 corps avaient été retrouvés, ainsi que la "boîte noire" contenant les données du vol, d'après la police.

L'accident s'est produit mardi vers 18h50 heures locales: l'appareil a dérapé sur la piste 35 de l'aéroport Congonhas, rendue glissante par la pluie, traversé une autoroute très fréquentée et a fini sa course entre une station-service et un bâtiment de la TAM, où il a explosé, selon un employé de la compagnie. Après avoir entendu "une grosse explosion", "j'ai vu une énorme boule de feu" puis "j'ai senti une odeur de kérosène", a raconté Elias Rodrigues Jesus à l'Associated Press.

"Il semble que le pilote n'ait pas réussi à atterrir et ait tenté de redécoller", selon le capitaine Marcos, porte-parole des pompiers de Sao Paulo.

La piste 35, longue de 1.939 mètres, avait été récemment refaite mais pas rainurée, ce qui aurait facilité le freinage dans des conditions pluvieuses comme celles de mardi soir. D'ailleurs, le rainurage était prévu pour la fin du mois. De nombreuses familles se sont rassemblées à Porto Alegre et Sao Paulo en attendant des nouvelles.

A Toulouse, Airbus a assuré le Bureau d'enquêtes et analyses (BEA) et les autorités brésiliennes chargée des investigations de sa "pleine coopération technique", annonçant l'envoi sur place de cinq spécialistes. D'après l'avionneur européen, l'A320 avait été livré à la société TACA International en février 1998 et avait à son actif approximativement 20.000 heures de vol accomplis en quelque 9.300 vols.

Plate-forme domestique de Sao Paulo, l'aéroport de Congonhas est surnommé le "porte-avions" par les pilotes en raison de ses pistes courtes. En février, un tribunal fédéral y avait brièvement interdit les atterrissage et décollage de gros porteurs pour des raisons de sécurité mais la cour d'appel avait cassé la décision, jugée trop sévère au regard de ses conséquences économiques et du manque d'éléments pour étayer les craintes.

En 1996, un Fokker-100 de la TAM s'était écrasé peu après le décollage de Congonhas, ce qui avait fait 99 morts; lundi, deux avions avaient glissé sur les pistes, sans qu'il y ait de victimes. L'aéroport de Congonhas, qui est entouré de quartiers très peuplés, est le plus utilisé du Brésil. Malgré l'accident de mardi soir, l'aéroport a rouvert mercredi matin, en utilisant une piste auxiliaire.

Le Brésil en deuil après la plus grave catastrophe aérienne de l'histoire du pays. Un Airbus A320 de la compagnie intérieure Tam Lineas Aeras a raté son atterrissage sous une pluie battante sur l'aéroport de Sao Paulo, allant percuter un entrepôt et un dépot de carburant avant de prendre feu. Il n'y a pratiquement plus aucune chance de retrouver des survivants parmi les 176 passagers et membres d'équipage, a déclaré mardi le gouverneur de l'Etat. Et on déplore au moins 15 autres morts au sol.

A Toulouse, l'avionneur européen Airbus adressait ses condoléances aux familles des victimes et annonçait sa pleine coopération technique avec le Bureau d'Enquêtes et Analyses (BEA) et les autorités brésiliennes. Airbus précise que l'A320 qui s'est écrasé à Sao Paulo avait été livré à la société TACA International en février 1998. Il avait à son actif approximativement 20.000 heures de vol accomplis en quelque 9.300 vols. Il était enregistré sous le numéro de série du fabricant PR-MBK-789.

Il s'agit de la deuxième catastrophe aérienne majeure en Brésil en moins d'un an et si le bilan est confirmé, il s'agira de la pire catastrophe aérienne de l'histoire du pays.

Devant les journalistes à l'aéroport, le gouverneur de l'Etat José Serra a souligné que les chances de retrouver des survivants parmi les 170 passagers et six membres d'équipage à bord de l'appareil étaient "pratiquement nulles" dans la mesure où à l'intérieur de l'avion la température a atteint les 1.000 degrés Celsius.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a déclaré trois jours de deuil national. Son porte-parole Marcelo Baumbach a indiqué mardi soir qu'aucun bilan officiel ni d'éléments sur les causes de l'accident ne seraient dévoilés dans l'immédiat, car le président les jugeait prématurés.

"Ses pensées vont aux victimes et à leurs proches. C'est sa principale préoccupation", a expliqué Marcela Baumbach.

Le vol 3054 de la compagnie brésilienne Tam Linahs Aereas transportait 175 personnes -169 passagers et six membres d'équipage- et assurait la liaison entre Porto Alegre (sud du Brésil) et Sao Paulo, a indiqué Jose Leonardi Mota, porte-parole de l'autorité aéroportuaire, Infraero.

L'appareil a glissé sur le tarmac mouillé par la pluie qui a touché Sao Paulo mardi. Il a quitté la piste d'atterrissage et a fini sa course dans un dépôt de carburant à l'extérieur de l'aéroport et dans un bâtiment de la compagnie Tam, après avoir traversé une route très fréquentée, a précisé Jose Leonardi Mota.

Une douzaine de personnes, se trouvant soit dans le dépôt soit dans l'entrepôt, ont été blessées et conduites à l'hôpital, a précisé le gouverneur Serra.

Selon Elias Rodrigues Jesus, l'avion a explosé entre le dépôt de carburant et un bâtiment de la compagnie. "Tout à coup, j'ai entendu une grosse explosion, et le sol a tremblé sous mes pieds", a-t-il déclaré à l'Associated Press. "J'ai levé la tête et j'ai vu une énorme boule de feu, et ensuite j'ai senti une odeur de kérosène".

Plusieurs heures après le crash, les pompiers luttaient toujours pour venir à bout de l'incendie, qui faisait se dégager une importante fumée dans la nuit de Sao Paulo. Plusieurs dizaines d'ambulances se trouvaient également sur le site.

Congonhas est le principal aéroport domestique de Sao Paulo.

Plusieurs voix se sont élevées au cours des dernières années au Brésil pour avertir de la possibilité d'un tel accident par temps de pluie sur l'aéroport Congonhas, dont les pistes sont trop courtes pour permettre l'atterrissage de gros porteurs lorsque le tarmac est mouillé.

En février dernier, un tribunal fédéral avait brièvement interdit tout atterrissage et décollage de gros porteurs sur la plate-forme pour des raisons de sécurité. Mais cette décision avait été cassée par une cour d'appel, qui l'avait jugée trop sévère au regard de ses conséquences économiques et du manque d'éléments soulignant des failles dans la sécurité.

L'accident de mardi survient dix mois après le crash, le 29 septembre 2006, d'un Boeing 737 de la compagnie brésilienne Gol reliant Manaus à Rio s'écrase dans la forêt amazonienne. Il n'y a eu aucun survivant parmi les 155 personnes à bord. Il s'agissait jusqu'à aujourd'hui de la pire catastrophe aérienne de l'histoire du Brésil.

Voici, par ordre chronologique, la liste des catastrophes aériennes les plus meurtrières depuis une vingtaine d'années:

- 5 mai 2007: un Boeing 737-800 des Kenya Airways s'écrase dans un marais du Cameroun peu après son décollage de Douala, tuant les 114 personnes à bord.

- 29 octobre 2006: un avion de la compagnie nigériane ADC Airlines avec 105 personnes à son bord peu après son décollage au cours d'une tempête à Abuja, faisant 96 morts. Il y a eu neuf survivants.

- 29 septembre 2006: un Boeing 737 de la compagnie brésilienne Gol reliant Manaus à Rio s'écrase dans la forêt amazonienne. Il n'y a aucun survivant parmi les 155 personnes à bord.

- 1er septembre 2006: un Tupolev-154 affrété par Iran Airtour sort de piste à l'atterrissage à Machad en Iran, entraînant la mort de 80 des 147 passagers.

- 22 août 2006: Un avion Tupolev-154 de la compagnie russe Poulkovo Airlines avec 170 occupants à bord s'écrase dans l'est de l'Ukraine quelques minutes après l'envoi d'un message de détresse. Il n'y a pas de survivants.

...

- 16 août 2005: un MD-82 de la compagnie colombienne West Caribbean Airways reliant Panama à Fort-de-France (Martinique) s'écrase dans l"ouest du Venezuela: 160 morts, dont 152 passagers originaires de Martinique.

- 3 janvier 2004: un Boeing 737 de la compagnie charter égyptienne Flash Airlines s'abîme en mer Rouge peu après son décollage de la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh (148 morts, dont 133 Français).

- 25 décembre 2003: un Boeing 727 de la compagnie libanaise Union des transports africains transportant au moins 161 personnes, des Libanais pour la plupart, s'abîme dans l'Atlantique peu après son décollage de Cotonou au Bénin (au moins 130 morts).

...

- 12 novembre 2001: un Airbus A300-600 d'American Airlines à destination de la République dominicaine s'écrase juste après son décollage de l'aéroport Kennedy de New York, sur un quartier résidentiel du Queens (265 morts, dont 260 à bord).

- 25 juillet 2000: un Concorde d'Air France s'écrase sur un hôtel près de Roissy peu après le décollage d'un vol vers New York (113 morts, dont 109 à bord).

...

- 31 octobre 1999: un Boeing 767 d'Egyptair s'abîme en mer au large du Massachusetts (217 morts).

...

- 2 septembre 1998: un McDonnell Douglas MD-11 de la Swissair reliant New York à Genève s'abîme au large de la Nouvelle-Ecosse (229 morts).

- 16 février 1998: un Airbus A300 de la compagnie taïwanaise China Airlines en provenance de Bali (Indonésie) s'écrase près de Taïpeh alors qu'il s'apprêtait à atterrir à l'aéroport Tchang Kaï-chek (196 morts).

...

- 5 août 1997: accident d'un Boeing 747 de la Korean Air sur l'île de Guam (228 morts).

- 12 novembre 1996: un Boeing 747 saoudien et un Iliouchine-76 kazakh entrent en collision en plein ciel dans la région de New Delhi (349 morts).

- 17 juillet 1996: un Boeing 747 de la TWA à destination de Paris explose au large de Long Island, après avoir décollé de l'aéroport Kennedy de New York (230 morts).

...

- 8 janvier 1996: un avion-cargo Antonov-32 s'écrase sur un marché de Kinshasa (plus de 300 morts).

- 26 avril 1994: un Airbus A300 des China Airlines s'écrase à Nagoya au Japon (264 morts).

- 11 juillet 1991: un DC-8 transportant des pélerins nigérians vers La Mecque s'écrase sur l'aéroport de Djeddah (261 morts).

- 26 mai 1991: un Boeing 767 de Lauda Air explose en vol au-dessus de la Thaïlande (223 morts).

- 21 décembre 1988: un Boeing 747 de la Pan Am, cible d'un attentat à la bombe, explose au-dessus du village écossais de Lockerbie (270 morts, dont 11 au sol).

- 3 juillet 1988: un Airbus A300 d'Iran Air est abattu par erreur par le navire américain USS Vincennes dans le détroit d'Ormuz (290 morts).

...

- 12 décembre 1985: un DC-8 d'Arrow Air transportant des parachutistes américains s'écrase lors du décollage à Gander, Terre-Neuve (256 morts).

- 12 août 1985: un Boeing 747 de la Japan Air Lines s'écrase contre une montagne au cours d'un vol intérieur (520 morts).

...

- 1er septembre 1983: un Boeing 747 des Korean Airlines est abattu par un avion de chasse soviétique après avoir pénétré dans l'espace aérien de l'URSS au-dessus de l'île de Sakhaline (269 morts).

source : AP

 
< Précédent   Suivant >

Archives

Une frappe de drone au Yémen tue quatre militants présumés d'Al-Qaïda

En proie à l'inquiétude d'une attaque terroriste, les Etats-Unis évacuent des dizaines de membres du personnel de l'ambassade américaine du Yémen. Des frappes de drones, apparemment par les Etats-Unis, ont fortement augmenté ces derniers jours.

 

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Utilisateurs Connectés