Menu Content/Inhalt
Bilan du séisme en Chine Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
15-05-2008

Le bilan du séisme en Chine qui a frappé la province de Sichuan...

Bilan Séisme Chine
source AFP
 

Alors que le bilan officiel du séisme dans le centre de la Chine pourrait atteindre 50.000 morts pour la seule province du Sichuan, le gouvernement central a lancé un inhabituel appel à la population pour rassembler des équipements de secours, et accepté pour la première fois depuis la catastrophe la présence d'une équipe étrangère sur son sol, des experts japonais qui devaient arriver dans la journée.

Selon le Conseil d'Etat (gouvernement) cité par la télévision officielle CCTV, le tremblement de terre de lundi pourrait avoir fait jusqu'à 50.000 morts. Les autorités du Sichuan avaient auparavant fait état d'un bilan confirmé de 19.505 morts. Ces chiffres sont encore susceptibles de s'alourdir, en raison des plus de 12.300 personnes toujours bloquées sous les décombres ou portées disparues, selon le vice-gouverneur. Il a aussi fait état de 102.100 blessés.

Plus de 72 heures après le séisme de magnitude 7,9, l'espoir de retrouver des survivants dans les décombres diminuait peu à peu, même si la chaîne publique CCTV a diffusé les images d'une femme de 22 ans retrouvée vivante dans la ville de Dujiangyan. Mais les autorités ont pu, pour la première fois jeudi, user d'équipements lourds dans les zones les plus touchées, où des soldats dépêchés en hélicoptère ou par voie fluviale avaient dû auparavant entamer les recherches à mains nues.

Le gouvernement a par ailleurs mobilisé jeudi 101 hélicoptères supplémentaires dans les zones de la province de Sichuan coupées du monde par des glissements de terrain provoqués par le séisme. Il s'agit de 71 nouveaux hélicoptères militaires et 30 hélicoptères civils, selon le ministère de la Défense cité par Chine nouvelle.

Dans le même temps, soulignant l'ampleur du désastre, le ministère de l'Industrie et de l'Information a lancé un appel à la population pour qu'elle prête des équipements de secours afin de faciliter les recherches de survivants. Le ministère demande aux Chinois d'apporter des équipements aussi divers que des marteaux, des pelles ou encore des outils de démolition en passant par des grues et autres instruments de levage ainsi que des canots pneumatiques.

Par ailleurs, le gouvernement japonais a commencé à dépêcher jeudi une équipe d'environ 60 secouristes et experts médicaux, selon le ministère nippon des Affaires étrangères. C'est la première fois depuis lundi que la Chine accepte la présence d'agents étrangers sur son territoire. Trente personnes étaient en route pour le Sichuan jeudi, et seront suivis par 30 autres vendredi, avant l'arrivée plus tard des experts médicaux, selon la diplomatie japonaise.

Tokyo avait déjà annoncé la veille le déblocage d'une aide de 500 millions de yens (3,08 millions d'euros) en aide d'urgence et en matériels de secours tels que des couvertures de survie et des tentes.

La Croix-Rouge de Taïwan a également annoncé que Pékin, pourtant hostile à l'île qu'elle considère comme faisant partie de son territoire, a accepté l'envoi d'une équipe de 20 secouristes taïwanais.

Dans la province de Sichuan, 44 comtés et districts ont été affectés par le séisme. Environ le moitié des 20 millions d'habitants de la région sont directement concernés par les conséquences de la secousse, selon Chine Nouvelle. On comptait cependant des dizaines de milliers de sans-abri.

Jeudi, les secouristes sont parvenus à ouvrir l'accès à deux secteurs situés non loin de l'épicentre, atteignant la frontière du comté de Wenchuan et traversant le conté de Beichuan, selon Chine nouvelle.

Le commandement militaire de Chengdu, capitale du Sichuan, devait continuer le largage de vivres jeudi avec 50.000 rations de nourriture et 5.000 couvertures, ainsi que des vêtements. En tout, plus de 116.000 soldats et policiers ont été mobilisés depuis lundi.

Les soldats se sont également précipité pour renforcer un barrage fragilisé par le séisme. Chine nouvelle a rapporté que des fissures "extrêmement dangereuses" étaient apparues dans le barrage de Zipingpu, en amont de Dujiangyan, non loin de l'épicentre du séisme, de Wenchuan, et de Chengdu. Quelque 2.000 soldats ont été dépêchés sur place pour effectuer les travaux de réparation. L'agence officielle a estimé que la ville de Dujiangyan serait submergée si le barrage venait à céder.

Un photographe de l'Associated Press n'a vu ni travail de réparation ni sécurité renforcée au barrage jeudi, ce qui pourrait signifier que la menace a été levée.

Le ministère des Ressources en eau a demandé un contrôle des réservoirs dans tout le pays tandis que l'agence de planification économique a annoncé que près de 400 barrages, petits pour la plupart, avaient été endommagés par le séisme.

On ne signalait pour l'heure aucune épidémie, selon le ministre adjoint de la Santé Gao Qiang. Les secouristes s'efforçaient de prévenir la contamination de l'eau potable et d'enterrer les corps pour éviter la propagation de bactéries. Ainsi, à Luoshui, les soldats ont creusé une fosse à l'aide d'une pelleteuse en haut d'une colline pour y enterrer les morts.

Par ailleurs, 33 touristes américains, britanniques et français ont été héliportés de Wolong à Chengdu jeudi matin, selon Chine nouvelle, qui précisait qu'ils étaient tous en bonne santé. (source : AP)

 Chine: le bilan du séisme dépasse les 60.000 morts, selon Wen Jiabao 

Le 24 Mai, Le bilan du séisme du 12 mai en Chine dépasse désormais les 60.000 morts et risque de s'alourdir encore, a annoncé samedi le Premier ministre chinois Wen Jiabao, tandis que le secrétaire général des Nations Ban Ki-moon s'est rendu dans les zones sinistrées.

Jusqu'à présent, le bilan officiel s'élevait à 55.740 morts. Il "dépasse 60.000" désormais et "pourrait encore grimper à un niveau de 70.000, 80.000 ou plus", a ajouté M. Wen. A Pékin, un porte-parole du Conseil d'Etat, le gouvernement chinois, a précisé que le bilan exact du séisme s'établissait à 60.560 morts et 26.221 disparus.

Le Premier ministre a annoncé ces nouveaux chiffres alors qu'il visitait Yingxiu, une ville proche de l'épicentre du séisme dans le centre du pays, avec le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon. Ce dernier a promis une aide pour la reconstruction. "Si nous travaillons dur, nous pourrons surmonter cela", a-t-il expliqué au côté de Wen Jiabao. "Le monde entier est à vos côtés et vous soutient".

Yingxiu, ville située à une soixantaine de kilomètres de l'épicentre du séisme de magnitude 7,9, a perdu une grande partie de sa population: 4.800 des 18.000 habitants ont été tués et 4.000 autres sont portés disparus. La plupart des constructions de la ville se sont effondrées et les bâtiments encore debout sont gravement endommagés. Des équipes d'hommes en combinaison de protection blanche sillonnent les rues, pulvérisant du désinfectant dans les décombres.

Les sauveteurs n'ont plus désormais espoir de retrouver des rescapés sous ces tonnes de béton. "Notre priorité, auparavant, était la recherche et le secours des victimes. Elle est désormais de reloger les sinistrés et de préparer la reconstruction", selon Wen Jiabao. Le séisme, a-t-il ajouté, a détruit plus de 15 millions d'habitations.

Le gouvernement a entamé la construction de logements temporaires, tandis que 10.000 médecins, infirmiers et personnels de santé ont été dépêchés dans les zones sinistrées, pour empêcher la survenue d'épidémies. "Je peux vous dire qu'il n'y en a pas eu", a assuré le Premier ministre. Au total, trois ans seront nécessaires pour reconstruire routes et villes du Sichuan, selon le vice-gouverneur de la province Li Chengyun.

Les villes et provinces les plus riches du pays ont reçu l'ordre d'envoyer des vivres et des moyens matériels tels que bâches et tentes. Quelque 9.000 blessés seront en outre évacués vers d'autres provinces.

Les autorités chinoises, parallèlement, s'efforcent de localiser et récupérer 15 "sources" de radiations enterrées sous les décombres. Trente-cinq autres sources ont été mises en sûreté, selon le vice-ministre de l'Environnement Wu Xiaoqing et le gouvernement a assuré que le séisme n'a pas affecté la sécurité des centrales nucléaires. D'après les experts étrangers, les sources radioactives non encore localisées ou inaccessibles étaient probablement utilisées par des hôpitaux, des usines ou unités de recherche.

La rupture de barrages et la pluie menacent le Sichuan 

Rupture de dizaines de barrages, répliques et pluies torrentielles : de nouvelles menaces pesaient dimanche sur les millions de rescapés sans-abri du Sichuan, deux semaines après le séisme dont les autorités redoutent qu'il n'ait fait plus de 80.000 morts dans le centre de la Chine.

Une réplique d'une magnitude de 6,0 degrés -selon l'agence géologique américaine USGS- en milieu d'après-midi heure locale (8h21 GMT) dans la région a encore fait un mort et plus 400 blessés, dont 28 gravement atteints, selon l'agence de presse officielle Chine nouvelle. Plus de 71.000 habitations ont été détruites et 200.000 menaçaient d'effondrement, tandis que des coulées de boue coupaient des routes. Des immeubles ont tremblé jusqu'à Pékin, à 1.300km de là.

La secousse a duré une vingtaine de secondes dans le chef-lieu du Sichuan, Chengdu. "C'est effrayant mais on s'y habitue", constatait une employée des télécommunications âgée de 46 ans, Mary Nong, alors que les clients d'un salon de thé se précipitaient dans la cour à ciel ouvert. Dans l'église catholique de Chengdu, on récitait des prières et on faisait la quête pour les victimes.

Le dernier bilan officiel de la catastrophe du 12 mai s'élevait à 62.664 morts et 23.775 disparus. Un vieillard alité de 80 ans a été extirpé des ruines de sa maison vendredi à Mianzhu, au nord de Chengdu, après avoir été nourri par sa femme à travers les décombres pendant plus de onze jours, selon les médias officiels, mais les miracles se font de plus en plus rares et de nouveaux dangers pèsent sur le travail des secours.

Le ministère des Ressources hydrauliques a annoncé dans un communiqué dimanche que 69 barrages du Sichuan menaçaient de rompre. Selon le gouvernement, 320 de ces ouvrages d'eau, des petits pour la plupart, ont été fragilisés par les secousses. En revanche, le plus grand barrage du monde, celui des Trois-Gorges, érigé à 560km à l'est de l'épicentre du séisme, semblait intact.

Les rescapés devaient en outre s'attendre à "de fortes pluies, voire torrentielles dans certaines zones" dimanche soir et lundi dans le Sichuan, ce qui pourrait entraîner de nouveaux glissements de terrain, d'après le bureau d'Etat de la Météorologie.

Or des millions de rescapés attendent toujours des tentes pour s'abriter, le tremblement de terre ayant détruit plus de 15 millions d'habitations. Le premier de huit avions-cargo militaires russes a atterri dimanche à Chengdu, apportant des tentes, médicaments et vivres, selon l'agence de presse russe ITAR-Tass. Les autres devraient suivre lundi. L'agence Chine nouvelle a également fait état de tentes, vêtements et autre matériel d'urgence envoyés par le Sri Lanka.

Quant aux pandas de la grande réserve naturelle de Wolong, proche de l'épicentre du séisme, ils devraient s'en sortir. "Les routes sont très mauvaises et les transports prennent bien plus de temps que d'habitude, mais le pire de la crise alimentaire est bientôt passé" et des camions ont pu livrer du bambou frais, a déclaré un responsable du centre, Zhou Xiaoping. Deux des grands plantigrades, en voie d'extinction dans le monde, n'ont pas été retrouvés depuis le tremblement de terre mais l'un d'eux, Xixi, a été aperçu dimanche. (source : AP)

 
< Précédent   Suivant >

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous