23-11-2017
 
  News
informations de l'Assemblée Martinique
 
Dernières Nouvelles
Top
Menu Principal
Accueil
AM News
Sommaire
Fils Actualité
Recherche
FAQs
Liens
Contact
Membres: 540
Publications: 1503
Liens: 12
Link Ads

 

 


 

Documents connexes
Advertisement
Barack Obama voyage en Amériques Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
18-04-2009

Le  président américain Barack Obama a entamé un voyage en América, sommet des Amériques où il promet un changement de politique, rencontre Hugo Chavez et propose une nouvelle direction dans les relations entre les USA et le grand crocodile vert, Cuba.

Barack Obama

Barack Obama au sommet des Amériques 

Star du sommet des Amériques, Barack Obama a une nouvelle fois marqué sa volonté de rupture en proposant un partenariat sur un pied d'égalité à ses voisins latino-américains, y compris les plus critiques de Washington. Un changement de ton illustré notamment par le "nouveau départ" offert à Cuba et la poignée de main à Hugo Chavez.

Le chef de la Maison Blanche a laissé entendre qu'il était prêt à accepter la proposition du président Raul Castro qui a offert des discussions sur des sujets autrefois tabous pour La Havane, comme les prisonniers politiques.

Autre symbole, il a salué avec un large sourire le président vénézuélien Hugo Chavez, qui avait tant détesté George W. Bush. La presse brûlait de savoir ce que le président américain avait dit à celui qui avait comparé son prédécesseur au "diable". "Je lui ai dit 'como estas' (comment ça va?)", a confié Barack Obama en riant. "Je crois que c'était un bon moment", a ensuite jugé Hugo Chavez après cette brève rencontre. "Je crois que le président Obama est un homme intelligent, comparé au précédent président des Etats-Unis".

Barack Obama n'a pas voulu dire s'il prévoyait un entretien bilatéral avec Hugo Chavez. "Je crois que nous faisons des progrès à ce sommet", s'est-il contenté de dire.

"Les relations dépendent de plus de choses que de sourires et de poignées de main", avait déclaré de son côté le conseiller économique de Barack Obama, Larry Summers, à des journalistes. Le président vénézuélien a indiqué ensuite qu'il rétablirait l'ambassade du Venezuela à Washington, sept mois après des expulsions mutuelles des représentations diplomatiques de part et d'autres.

Hugo Chavez a également proposé que Cuba, absent de ce sommet, organise le prochain. "Je ne vais pas parler au nom de Cuba. Ce n'est pas à moi de le faire (mais) nous sommes tous ici des amis de Cuba, et nous espérons que les Etats-Unis le seront également", a-t-il déclaré lors du déjeuner des participants.

Dans son discours d'ouverture du cinquième sommet des Amériques, qui réunit 34 pays, le président américain a fait assaut d'humilité et d'humour pour promettre un changement de politique, comme de style, à ses partenaires.

"Nous avons parfois été désengagés et parfois nous avons cherché à dicter nos conditions", a-t-il admis sous des applaudissements nourris. "Mais je vous promets que nous cherchons un partenariat d'égal à égal. Il n'y a pas de partenaire senior ou junior dans nos relations".

Barack Obama a aussi serré la main à un chef d'Etat que le défunt ancien président Ronald Reagan avait passé des années à tenter de déloger du pouvoir au Nicaragua: Daniel Ortega. Le président sandiniste est venu se présenter au président des Etats-Unis, selon des responsables américains.

Cela n'a pas empêché Daniel Ortega -remplacé lors du scrutin de 1990 qui mit fin à la guerre civile puis remis au pouvoir par les électeurs en 2006- de dénoncer, dans un discours de près d'une heure le capitalisme et l'impérialisme américain, sources selon lui de tous les maux de l'Amérique latine. Il a même rappelé l'épisode de la Baie des Cochons, tentative d'invasion américaine de Cuba en 1961, tout en reconnaissant que l'actuel président ne pouvait guère en être tenu responsable.

"Je suis reconnaissant au président Ortega de ne pas me reprocher des choses qui se sont déroulées quand j'avais trois mois", a apprécié Barack Obama, suscitant rires et applaudissements des autres dirigeants.

Mais la plus forte salve d'applaudissements a accueilli l'appel du chef de la Maison Blanche à un nouveau départ dans les relations entre Washington et La Havane après près 50 ans de guerre froide. "Je sais qu'il y a un long voyage à faire pour dépasser des décennies de méfiance, mais il y a des mesures cruciales que nous pouvons prendre pour avancer vers une nouvelle ère", a-t-il déclaré. "Les Etats-Unis veulent un nouveau départ avec Cuba".

Mardi, Barack Obama avait ordonné un assouplissement des restrictions de voyages et de transfert d'argent à Cuba pour les Américains d'origine cubaine. Un geste dont s'est félicité quelques heures plus tard Raul Castro. Le président cubain, qui a remplacé son frère malade Fidel Castro il y a un an, a proposé des discussions sur "tout" ce qui divise les deux pays.

La Maison Blanche a salué cette proposition mais laissé entendre que des actes, comme la libération des nombreux prisonniers de l'île, seraient préférables. "Ca ne m'intéresse pas de parler pour parler", a confirmé Barack Obama. "Mais je crois que nous pouvons faire avancer les relations américano-cubaines dans une nouvelle direction".

La question de Cuba, exclue en 1962 de l'Organisation des Etats américains (OEA), est ainsi revenue au premier plan de ce sommet des Amériques organisé en pleine crise économique mondiale. Aux pays d'Amérique latine qui ont vu chuter leurs exportations, Barack Obama a proposé un nouveau fonds de croissance et un nouveau partenariat régional pour développer des sources d'énergie alternatives et lutter contre le réchauffement de la planète. Source : AP, Barack Obama propose un nouveau partenariat aux Amériques et un "nouveau départ" à Cuba

 
< Précédent   Suivant >
Connexion





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

© 2017 Assemblée Martinique Web
développements Joomla! license GNU/GPL

© AM