Menu Content/Inhalt
Accueil
Barack Obama passe un Noël de recueillement à Hawaii Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
26-12-2008

En vacances familiales à Hawaii pour Noël, Barack Obama a rendu dans le recueillement un dernier hommage à sa grand-mère maternelle Madelyn Dunham, décédée deux jours avant son élection comme Président des Etats-Unis d'Amérique.

Barack Obama passe un Noel de recueillement à Hawaii
Barack Obama disperse les cendres de Madlyn Dunham (source : ABC)

Le Nöel de Barack Obama entre recueillement et espoir

Barack Obama et sa famille ont entamé samedi dernier un séjour de 12 jours à Hawaii, passant dans l'île les vacances de Noël, dans une résidence de grand luxe, située sur le front de mer, à Kailua Beach, un quartier tranquille surplombant le centre d'Honolulu.

Protégé par le Secret Service, et désigné par les grands électeurs américains, Barack Obama prendra ses fonctions à la Maison Blanche le 20 janvier 2009, lors d'une cérémonie d'investiture à haut risque où sont attendus les plus grandes stars, dont la barbadienne et ambassadrice des Caraïbes, Rihanna.

En attendant cet événement historique représentant un nouvel espoir pour des millions d'Américains, Barack Obama, avant ce grand moment, renoue dans le recueillement avec l'île d'Hawaii où il a passé 14 de ses 18 premières années. C'est à sa grand-mère qu'il dit un dernier adieu en dispersant ses cendres sur les falaises de Lanai à l'est d'Honolulu, arborant une couronne de végétaux, en compagnie de sa demie-soeur Maya Soetoro-Ng. Madelyn Dunham, grand-mère d'Obama, née Madelyn Lee Payne le 26 octobre 1922 à Peru (Kansas), a élevé avec son mari Stanley le jeune Barack Obama Jr. à son retour d'Indonésie, et a joué un rôle considérable dans la vie du prochain Président.

Madelyn Dunham et le jeune Barack Obama

"S'il y a quelqu'un ici qui doute encore que l'Amérique est l'endroit où tout est possible, qui se demande encore si le rêve de nos Pères Fondateurs est vivant dans notre temps, qui questionne encore le pouvoir de notre démocratie, ce soir est votre réponse", a déclaré le soir de sa victoire Barack Obama, au Grant Park à Chicago. ... "C'est, poursuit-il, la réponse envoyée par les jeunes et vieux, les Démocrates et les Républicains, les Noirs, les Blancs, les Hispaniques, les Asiatiques, les Indiens d'Amérique, les homosexuels, les hétérosexuels, les handicapés et les personnes valides... Les Américains qui ont envoyé un message au monde, celui que nous n'avons jamais été une collection d'individus ou une collection d'états bleus et rouges. Nous sommes, et le serons toujours : les Etats Unis d'Amérique". 

Barack Obama
Barack Obama

Fin octobre, Barack Obama avait suspendu sa campagne électorale pour se rendre à Hawaii au chevet de son aïeule Blanche. Le monde découvrait alors le personnage de Madlyn Dunham, qui souffrait d'un cancer. Cette femme qui a commencé sa carrière comme secrétaire avant de devenir vice-présidente de la Bank of Hawaii en 1970 est celle qui selon les propres termes de Barack Obama "m'a appris ce que signifie travailler dur", avoue-t-il lors de son discours solennel devant la convention démocrate fin Août.

"C'est elle qui renonçait à s'acheter une voiture ou une robe pour me permettre d'avoir une vie meilleure. Tout ce qu'elle avait, elle me l'a donné." Dans l'enquête menée par l'Associated Press sur la jeunesse de Barack Obama à Hawaii, on y apprend un peu plus :

D'après David Mendell, auteur de la biographie "Obama: from promise to power", Madelyn Dunham a vu d'un mauvais oeil en 1960 le mariage de sa fille Ann à un Kényan venu faire ses études dans l'île, à une époque où les unions inter-raciales étaient encore interdites dans plusieurs Etats américains.
Peu après, le père, Barack Obama Senior, quittait le domicile familial quand son fils n'avait que 2 ans. Divorcée, puis remariée à un Indonésien, Ann partait s'installer à Djakarta, où le jeune Barack a grandi jusqu'à l'âge de 10 ans. C'est à cet âge qu'il rentre à Hawaii, où il sera élevé par ses grands-parents, qui financent ses études secondaires dans une école privée fréquentée par l'élite blanche.
 

C'est aussi à cette époque qu'il découvre que le racisme existe au sein même de sa famille, comme il le raconte dans son autobiographie. Son grand-père lui confie un jour que si sa grand-mère refuse de prendre l'autobus pour se rendre au travail, c'est parce qu'elle a peur d'être importunée par un mendiant noir.
"C'est ça qui la dérange", ajoute le grand-père. Cet aveu "m'a fait l'effet d'un coup de poing dans le ventre", écrira Obama, évoquant "une femme qui a avoué une fois sa peur de croiser des Noirs dans la rue et qui, à plus d'une occasion, a proféré des clichés raciaux ou ethniques qui m'ont hérissé".

La relation du métis Barack Obama avec ses grands-parents anglo-saxons est une histoire romanesque. Barack Obama a perdu son père africain Barack Obama Senior en 1982 et sa mère américaine Ann Dunham en 1995.

 
< Précédent   Suivant >

Archives

Cristiano Ronaldo reste au Real Madrid

L'attaquant portugais de football Cristiano Ronaldo reste au Real Madrid pour les trois prochaines saisons.

 

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Utilisateurs Connectés

Il y a actuellement 1 invité en ligne