Menu Content/Inhalt
Accueil
André Aliker, un héros martiniquais d'avant-guerre Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
11-01-2007

Le 12 Janvier 1934, le journaliste communiste martiniquais André Aliker est retrouvé assassiné sur la plage de Fonds-Bourlet à Case-Pilote (Martinique), noyé et ligoté (les mains attachées derrière le dos).

 

André Aliker, détail de la fresque du cimetière du Lamentin 

Ses assassins présumés furent acquittés le 22 Janvier 1936 par la cour d'assises de Gironde.

André Aliker, né en 1894, enquêtait sur le scandale Aubéry en tant que rédacteur du journal Justice. Il avait révélé qu'une famille de grands planteurs (békés de l'usine du Lareinty) était impliquée dans une sombre affaire de fraude fiscale.  Avant d'être liquidé, André Aliker avait déjà été victime de deux tentatives de meurtres restées impunies avec la complicité du parquet général de Fort-de-France. De Lavigne, gendre d'Aubéry quitte la Martinique pour la France, semble-t-il, le lendemain de l'assassinat et disparaît.
Le frère Marcel Aliker, tenant Eugène Aubéry (1879-1942) pour responsable de la mort d'André, tire sur lui plusieurs coups de révolver. Il est acquitté par la Cour d'Assises de la Martinique. Le frère Pierre Aliker, médecin de profession, est premier adjoint de la Mairie de Fort-de-France en 1945 aux côtés d'Aimé Césaire.

Chronologie des luttes des communistes Martiniquais

  • 1920 : naissance du mouvement communiste en Martinique. Création du groupe Jean-Jaurès, constitué de dissidents de la fédération socialiste conduits par Jules Monnerot. 
  • 8 Mai 1920 : Première parution du journal Justice.
  • 1923 : “ La fusillade de Bassignac ” .
  • 1923-1926 : Le gouverneur Henri Richard instaure un climat de peur; forte répression colonialiste.
  • 24 Mai 1925 : Assassinat de Charles Zizine et de Louis des Etages; fusillade du Diamant.
  • 1933-1934 : Le scandale Aubéry.
  • 1934 : retour en Martinique de René Ménil, Thélius Léro, du syndicaliste Victor Lamon, et de George Gratiant. Fusion du groupe Front Commun et du groupe Jean-Jaurès.
  • 11 Janvier 1934 : assassinat d'André Aliker, journaliste engagé de Justice.
  • 1936 : Création du Front Populaire anti-usiniers, Léopold Bissol est élu conseiller général.
  • 1935 : Création de la Fédération Communiste de la Martinique (FCM).  
  • 1939-1945 : 2nde Guerre Mondiale et période de clandestinité des communistes martiniquais qui luttent contre le régime de Vichy (Amiral Robert).
  • 1946, élection des deux députés communistes Aimé Césaire et Léopold Bissol, les communistes mènent de puissants mouvements sociaux pour l'instauration de la sécurité sociale et l'amélioration des conditions des travailleurs de la Martinique.
  • 1956 : Départ d'Aimé Césaire de la FCM.
  • 1957 : création du Parti Communiste Martiniquais (sécession avec le parti communiste français). Premier secrétaire général : Camille Sylvestre.
  • 13 Mars 1960 : le PCM présente le premier projet de statut pour la Martinique sur le mot d'ordre d'autonomie démocratique et populaire.
  • 24 Mars 1961 : Fusillade du Lamentin,  Alexandre Laurencine 21 ans, Edouard Valide, 26 ans et Annette Eulalie Marie-Calixte, 24 ans sont tués, une vingtaine de blessés. Le maire communiste  du Lamentin Georges Gratiant dénonce cette répression sur les ouvriers agricoles en grève. Il est condamné à trois mois de prison avec sursis et 100.000 francs d'amende pour son discours Sur Trois Tombes lors des funérailles.
  • 1963 : Affaire OJAM, répression contre les jeunes communistes, accusés de complot contre la sûreté de l'Etat.
  •  
    < Précédent   Suivant >

    Archives

    En Guadeloupe-Martinique petits meurtres entre amis

    Synthèse. Le constat de la situation criminogène récente en Guadeloupe et Martinique est différent de celui de Marseille et de la Corse.

     

    Connexion






    Mot de passe oublié ?
    Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

    Utilisateurs Connectés