Menu Content/Inhalt
Alliance Chavez-Ahmadinejad contre la politique de Bush Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
14-01-2007

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad poursuit sa visite en Amérique Latine, série de rencontres avec Hugo Chavez (Vénézuela), Evo Morales (Bolivie), Daniel Ortega (Nicaragua), Rafael Correa (Equateur), pour un axe à caractère anti-américain.

Le président vénézuélien Hugo Chavez et son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad ont annoncé samedi qu'ils soutenaient une baisse de la production de l'OPEP pour endiguer la baisse récente des prix du brut, et qu'ils étaient prêts à aider financièrement les pays qui souhaitent se soustraire à l'emprise des Etats-Unis.

"Nous savons qu'il y a aujourd'hui trop de brut sur le marché", a déclaré Hugo Chavez qui recevait samedi à Caracas Mahmoud Ahmadinejad, dont le pays est lui-aussi membre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). "Nous avons convenu de joindre nos forces au sein de l'OPEP pour soutenir une baisse de la production et sauver le prix du pétrole", a-t-il ajouté.

Déjà venu au Venezuela en septembre dernier, Mahmoud Ahmadinejad est arrivé samedi à Caracas, première étape d'une tournée en Amérique latine destinée à renforcer les liens entre Téhéran et les gouvernements de gauche soucieux de réduire l'influence de Washington dans la région.

Déjà engagé dans un projet commun pour financer des investissements dans leurs deux pays, MM. Chavez et Ahmadinejad ont annoncé samedi que ces fonds seraient également utilisés pour développer des programmes dans des pays désireux de "se libérer" de l'emprise américaine.

"Cela va nous permettre d'étayer les investissements (...) particulièrement dans ces pays dont les gouvernements tentent de se libérer du jour impérialiste (américain, NDLR)", a déclaré Hugo Chavez. "Ces fonds, mon frère", a-t-il ajouté en référence à Mahmoud Ahmadinejad, "vont devenir un mécanisme de libération". "Mort à l'impérialisme américain!", a-t-il ensuite lancé.

Le Venezuela et l'Iran, tous deux ouvertement opposés aux Etats-Unis, ont considérablement rapproché leurs positions récemment. Hugo Chavez s'est fait le défenseur des ambitions nucléaires iraniennes, promettant de s'allier avec Téhéran en cas d'agression américaine. Mahmoud Ahmadinejad a, lui, qualifié le président vénézuélien de "champion de la lutte contre l'impérialisme".

Selon l'agence officielle iranienne IRNA, M. Ahmadinejad doit se rendre dimanche au Nicaragua pour y rencontrer le président Daniel Ortega tout juste investi, puis lundi en Equateur pour assister à la prestation de serment du président élu Rafael Correa.

Le président bolivien Evo Morales a annoncé samedi qu'il rencontrerait Mahmoud Ahmadinejad lors de cette cérémonie pour des discussions bilatérales portant sur les relations commerciales et diplomatiques entre leurs deux pays. (AP)

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad poursuivait sa campagne anti-américaine au Nicaragua dimanche, où il devait rencontrer le président Daniel Ortega, entré en fonctions quatre jours auparavant, pour resserrer les liens avec cet autre farouche adversaire de Washington.

M. Ortega a accueilli M. Ahmadinejad samedi soir à l'aéroport, le président iranien venant du Venezuela dirigé par un autre allié, Hugo Chavez. MM. Ahmadinejad et Chavez ont décidé d'investir des milliards d'euros dans le financement de projets dans d'autres pays afin de lutter contre la domination des Etats-Unis.

Le chef de l'Etat radical iranien doit assister lundi à l'investiture du nouveau président d'Equateur Rafael Correa et rencontrer son homologue bolivien Evo Morales, deux critiques virulents de George Bush et de sa politique en Amérique latine. L'Iran est mis au ban d'une partie de la communauté internationale qui le soupçonne de dissimuler un programme d'armement nucléaire tandis que les Etats-Unis l'accusent de soutenir avec la Syrie l'insurrection irakienne. (AP)

Depuis la décision d'envoi de 21.000 soldats supplémentaires en Irak et le déblocage d'1 milliars de dollars, la communauté internationale craint que les Etats-Unis étendent le conflit irakien à l'Iran.

 
< Précédent   Suivant >

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous