Primaires US Donald Trump et Hillary Clinton (Nevada, Super Tuesday)

  • Imprimer
 Donald Trump

Résultats des primaires du Nevada pour l'élection présidentielle US. Donald Trump chez les républicains et Hillary Clinton chez les démocrates. Jeb Bush se retire de la course à l'investiture républicaine. + Résultat Super Tuesday.

 Donald Trump remporte la primaire républicaine de Caroline du Sud

Spartanburg (Etats-Unis) - L'homme d'affaires Donald Trump a remporté samedi la primaire présidentielle républicaine en Caroline du Sud, sa deuxième victoire de l'année sur trois consultations, selon plusieurs médias américains.

Le candidat arrive en tête de la primaire selon les projections unanimes des chaînes Fox News, ABC et NBC, confirmant son statut de favori à l'investiture après sa victoire dans le New Hampshire au début du mois. Le dépouillement commençait à peine samedi soir dans les bureaux de vote.

En tête des sondages depuis l'été dernier, le milliardaire confirme dans les urnes sa popularité parmi des électeurs républicains en quête d'un outsider anti-système pour les représenter à la Maison Blanche.

Selon les sondages de sorties d'urnes, Donald Trump recueille plus de 30% des voix des électeurs se définissant comme assez conservateurs ou modérés. Il perd la seule catégorie des très conservateurs, remportée par le sénateur du Texas Ted Cruz.

A ce jour, Donald Trump n'a perdu que les caucus de l'Iowa, où il avait terminé deuxième derrière Ted Cruz, champion de la droite chrétienne évangélique.

Selon les médias américains, Ted Cruz et Marco Rubio se partageront les deux autres marches du podium, tandis que Jeb Bush, Ben Carson et John Kasich se retrouveraient aux trois dernières places.

Primaires démocrates: Hillary Clinton remporte le Nevada

Hillary Clinton 2016


Hillary Clinton a remporté samedi les consultations démocrates du Nevada contre Bernie Sanders, 3e étape des primaires pour la Maison Blanche. Les projections de plusieurs télévisions américaines la donnaient gagnante, à quelques points de son rival.


"A tous ceux qui ont participé dans chaque coin du Nevada avec détermination et coeur: c'est votre victoire. Merci", s'est immédiatement félicitée l'ex-secrétaire d'Etat sur Twitter. Elle devrait terminer juste devant le sénateur du Vermont aux "caucus" organisés par le parti démocrate, selon les chaînes Fox News, NBC et CNN. Ce sont des rassemblements d'électeurs, sans bulletin de vote.


Mais le faible écart attendu entre les deux candidats - à 68% du dépouillement, Hillary Clinton obtenait 52,2% des délégués, contre 47,7% pour Bernie Sanders - montre que la popularité de Bernie Sanders dépasse le seul électorat blanc ou l'Etat du New Hampshire, où il avait engrangé une grande victoire au début du mois. Dans l'Iowa, il n'avait perdu que d'un cheveu face à Hillary Clinton.


Les sondages réalisés à l'entrée des "caucus" du Nevada montrent que 54% des électeurs hispaniques ont choisi Bernie Sanders, contre 43% pour Hillary Clinton. Celle-ci avait mené une campagne intense auprès des hispaniques, qui représentent plus du quart de la population.


Les républicains votent eux aussi, ce samedi, lors de leur primaire en Caroline du Sud. Les sondages laissent penser que Donald Trump confortera son avance, Ted Cruz et Marco Rubio rivalisant pour la deuxième place.

---

Super Tuesday

La démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump ont renforcé leur statut de favoris pour les primaires présidentielles de novembre. Ils ont remporté respectivement six et cinq des Etats appelés à voter lors du "Super Mardi", selon les médias américains.


Hillary Clinton s'est imposée en Géorgie, en Virginie, dans le Tennessee, en Alabama, dans l'Arkansas, au Texans et dans l'archipel des Samoa. Dans le camp démocrate toujours, Bernie Sanders l'a emporté dans le Vermont, l'Etat dont il est sénateur, et dans l'Oklahoma. 


Chez les républicains, selon les estimations des médias américains, Donald Trump a raflé la victoire en Géorgie, en Virginie, dans l'Alabama, le Tennessee et le Massachusetts. L'ultra-conservateur Ted Cruz s'est en revanche imposé en Oklahoma et surtout au Texas, un Etat dont il est sénateur et qui lui rapporte 155 délégués.


Durant ce seul "super mardi", un cinquième des délégués républicains et un quart des délégués démocrates sont attribués. Les Américains se rendent aux urnes dans une douzaine d'Etats pour une journée cruciale des primaires. Les bureaux de vote vont fermer entre 01h00 et 06h00 suisses mercredi.


"Quel Super Tuesday!"
Après son triomphe ce week-end en Caroline du Sud, Clinton partait grande favorite dans les Etats du Sud où la population noire qui lui est très favorable est importante. Elle s'y impose, selon des résultats partiels, avec une marge de 30 à 40 points.


"Quel Super Tuesday!", s'est exclamée Hillary Clinton, la voix cassée par la succession de meetings. L'ex-secrétaire d'Etat est à Palm Beach, en Floride, où elle poursuit sa campagne et où elle s'en est une nouvelle fois pris au slogan de Trump, "Make America Great Again" (Restituer sa grandeur à l'Amérique) pendant que ses partisans en liesse scandaient "USA, USA".


"Essayer de diviser l'Amérique entre 'eux' et 'nous' est une faute et nous n'allons pas permettre cela", a promis Hillary Clinton. Elle a fustigé les discours d'une "bassesse sans précédent" des candidats républicains.


Deux rivaux
Côté républicain, la course est un peu plus serrée. Selon des résultats partiels, Trump devance, parfois très nettement, ses deux principaux rivaux, le sénateur du Texas Ted Cruz et celui de Floride Marco Rubio, dans pratiquement tous les Etats.


Cette tendance, annoncée par les sondages, confirme la capacité du magnat de l'immobilier new-yorkais à séduire des électeurs très différents. Elle renforce ses chances d'obtenir l'investiture républicaine malgré les réticences de la plupart des cadres du "Grand Old Party".


Journée cruciale
Au terme du scrutin, Donald Trump et Hillary Clinton pourraient obtenir une impulsion décisive en vue de la nomination pour la présidentielle de novembre. Dans le camp républicain, très divisé, les attaques et insultes ont continué à fuser après l'ouverture des bureaux de vote.


Le milliardaire Donald Trump, désormais grand favori, est la cible d'attaques tous azimuts auxquelles il répond du tac au tac, pour le plus grand plaisir des larges foules qui viennent l'applaudir.


Faux bronzage
En trois jours, il s'est vu reprocher d'avoir refusé de condamner le Ku Klux Klan, d'avoir retweeté une citation de Benito Mussolini, de forcer sur le faux bronzage ou d'être lié à la mafia du bâtiment.


Selon un sondage CNN publié mardi, les démocrates l'emporteraient dans tous les cas dans un duel face au milliardaire. Toutefois avec une marge légèrement plus confortable pour M. Sanders (55% contre 43%) que pour Mme Clinton (52% contre 44%).


"Tailles des oreilles"
Certains conservateurs affirment publiquement qu'ils ne voteront pas Donald Trump à la présidentielle s'il portait les couleurs de leur parti.


Le rival républicain malheureux de Barack Obama à la présidentielle de 2008, John McCain, et figure du parti républicain, a jugé "inquiétant" le niveau du débat dans son camp. Il a appelé de ses voeux une campagne présidentielle "qui ne se concentre pas sur la taille des oreilles des gens" ou "leurs problèmes de sudation".