Attentats : Vendredi 13 d'horreur à Paris plus de 120 morts

  • Imprimer
Attentats : Vendredi 13 d'horreur à Paris plus de 120 morts

Paris a connu une série de fusillades et d'explosions sans précédent ce vendredi 13 Novembre dix mois après l'attentat de Charlie Hebdo et la fusillade de l'épicerie casher qui avait fait 17 morts dont une policière martiniquaise. Selon un bilan provisoire, ces attentats en plein coeur de Paris, au Bataclan et au Stade de France ont fait 120 morts et des dizaines de blessés.

Attentats à Paris plus de 120 morts

"Des attaques terroristes d'une ampleur sans précédent sont en cours dans l'agglomération parisienne. Il y a plusieurs dizaines de tués (...) c'est une horreur", a dit le président français François Hollande. Il a ensuite précisé que l'état d'urgence allait être décrété, les frontières fermées et que des renforts militaires étaient demandés. Le conseil des Ministres exceptionnels a pris un certains nombre de mesures en plus de l'état d'urgence.


Plus de cent morts ont été comptés au seul Bataclan à l'issue d'une prise d'otages, ont admis des sources policières.Plusieurs terroristes présumés au moins trois ont également été neutralisés lors de l'assaut lancé peu après minuit par les forces spéciales. Il y avait 1500 spectateurs dans cette salle de spectacle parisienne réunis pour assister à un concert.

Vendredi soir il y a eu une série d'attaques à Paris, avec une prise d'otages dans la salle de spectacles du Bataclan. Le président François Hollande a envoyé un message sur tout le territoire et annoncé la fermeture des frontières, le rétablissement des contrôles. L'ensemble établissements scolaires seront fermées samedi.

Selon un témoin du massacre interviewé sur la radio France Info, les assaillants du Bataclan ont tiré en plein dans la foule en poussant des cris "Allah Akbar" ("Dieu est le plus grand").

Sept secteurs touchés au total

Au total, des attaques simultanées se sont produites sur sept endroits différents : dont Le Bataclan, les alentours du stade de France, où se déroulait un match amical France-Allemagne auquel assistait le président François Hollande.

Une quarantaine de personnes ont également été tuées dans les autres attaques. Le bilan reste provisoire et comprend au moins 120 vies perdues.

Les attaques concernaient le centre de Paris très fréquenté le vendredi soir, près de la Place de la République, une zone proche du journal Charlie Hebdo attaqué en janvier.

Ces attaques sont survenues dix mois après les attentats de janvier contre Charlie Hebdo et un supermarché casher à Paris. Au niveau sécurité depuis, le plan Vigipirate est à son comble en Ile-de-France et l'état d'urgence décrété dans tout le pays.