Le britannique Alan Henning décapité selon l'Etat Islamique (EI)

Alan Henning décapité

Les militants de l'État Islamique (EI) ont publié une vidéo pour décrire l'assassinat du bénévole britannique Alan Henning, otage en Syrie, qui aurait été décapité trois semaines après leur mise en garde qu'il serait le prochain à mourir.

Si la vidéo est jugée authentique, Henning sera le quatrième otage occidental à avoir été tué par le groupe, après les décapitations  des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff et du travailleur humanitaire écossais David Haines.

Ce dernier crime revendiqué vient après que le Royaume-Uni ait lancé des frappes aériennes contre Isis,  rejoignant les Etats-Unis et ses alliés arabes - Jordanie, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Peu de temps avant que le ministère de la Défense ait annoncé que la Royal Air Force avait attaqué deux cibles Isis, le ministère des Affaires étrangères avait organisé pour la femme de Henning,  Barbara,  un appel télévisé pour sa libération. Sa mort, si elle est confirmée, sera un coup dévastateur pour elle et leurs deux enfants adolescents.

Les agences de renseignement des deux côtés de l'Atlantique étudient la vidéo dans le but de vérifier son authenticité.

Alan Henning, 47 ans, chauffeur de taxi de Eccles, Greater Manchester, avait été retenu en captivité en Syrie pendant neuf mois, et on pense qu'il était détenu par Isis avec 20 autres otages occidentaux tout ce temps.

Décrit par ses amis comme «un grand homme avec un grand coeur", Henning est tombé dans les mains du groupe après avoir rejoint un groupe d'amis musulmans sur un convoi d'aide à la Syrie à Noël dernier.

D'autres bénévoles sur le convoi ont depuis décrit comment il a été séparé d'eux après que des hommes armés aient encerclé un entrepôt, à une courte distance en voiture de la frontière turque, où ils livraient des ambulances et du matériel médical. Les hommes armés ont affirmé qu'ils étaient méfiants à propos de Henning parce qu'il n'était pas un musulman, et parce qu'il avait une puce dans son passeport britannique. Il a été emmené, malgré la protestation des autres bénévoles qui montraient que tous les passeports britanniques portaient une telle puce. Source : The Guardian.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir