Progrès du chikungunya aux Antilles (Martinique, Guadeloupe, Haïti...)

  • Imprimer
Le chikungunya aux Antilles

L'épidémie de la maladie du chikungunya touche sévèrement les Antilles depuis le début de l'année avec 40.400 cas recensés en Guadeloupe, 37.600 en Martinique et plus de 40.000 cas en Haïti.

Epidémie de Chikungunya en progression

Encore loin des 15% de la population touchée comme en 2006 dans l'île de la Réunion, c'est près de 10% de la population en Martinique et en Guadeloupe qui ont fait les frais de l'épidémie de chikungunya qui sévit dans la région depuis Décembre 2013. Branle-bas de combat au début de la saison des pluies pour les autorités sanitaires (Ministère de la Santé en France,  Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) en Haïti s'affairent pour trouver des solutions de démoustication de l'environnement car le vecteur de la maladie est le moustique Aedes Aegypti ou moustique tigre qui transmet le virus à l'homme. Un bilan d'une trentaine de personnes victimes mortelles de la maladie du chikunginya est à déplorer, cause de la mort pour des individus fragiles.

Vendredi les autorités sanitaires et les préfets de Martinique et de Guadeloupe se sont réunis pour établir un plan d'action contre le chikungunya qui touche également Saint-Martin, Saint-Barthélémy, et la Guyane. En effet moustique tigre apprécie grandement l'humidité. L'arrivée des pluies en Martinique et en Guadeloupe favorisera par conséquent le développement des larves et donc des maladies comme la Dengue et le Chikungunya, véhiculées par le moustique malade.

Le nombre de victimes atteintes par le chikungunya est probablement sous estimé puisqu'aucun traitement de fonds ni vaccin n'existe pour ces maladies où seul le système immunitaire humain peut éradiquer le virus présent de façon plus ou moins virulente dans l'organisme atteint. L'épidémie risque de s'accentuer et touche déjà le sud de la France où les porteurs du virus voyagent régulièrement.

"Nous sommes face à une épidémie de grande ampleur mais nous n'avons pas encore atteint le pic", a averti le ministre de la santé française Marisol Touraine. Des renforts sont prévus pour faire la chasse aux larves de moustiques qui pullulent dans les eaux stagnantes domestiques et les décharges publiques.

Le chikungunya qui a une période d'incubation de 4 à 5 jours, développe chez le malade une fièvre assez forte, une fatigue générale, des douleurs et inflammations articulaires, parfois plus rarement des éruptions cutanées, pendant plusieurs jours où le malade est alité et ne peut rien consommer à part de l'eau. Des traitements thérapeutiques annexes sont parfois utilisés comme des anti-inflammatoires ou des antidouleurs comme la morphine dans les cas extrêmes.