Fermeture illimitée des stations-service en Martinique Guadeloupe Guyane et La Réunion jeudi

  • Imprimer
Grève illimitée carburant DOMs

Les stations-services étaient prises d'assaut ce mardi à la suite d'un appel à la grève illimitée des gérants distribuant le carburant dans les DOMs (Martinique, Guadeloupe, Guyane, La Réunion).

 

PARIS - après l'échec de négociations avec le gouvernement sur les carburants, l'intersyndicale des gérants des stations-service des départements d'outre-mer (DOMs) a appelé mardi à une fermeture illimitée à partir de mercredi minuit.

Réunis à Bercy pour se concerter sur les arrêtés de méthode des décret de régulation des carburants dans le DOM, Gérants et représentants des ministères de l'Economie, Ecologie et Outre-mer étaient de nouveau face à face , discutant sur les modalités d'application des décrêts que le gouvernement espérait initialement publier d'ici la fin de la semaine.

"C'était encore une mascarade de réunion, tout est ficelé d'avance, ils veulent faire passer leurs arrêtés par la force. Nous appelons à la fermeture des stations, de manière illimitée, tant que des solutions ne seront pas trouvées", a déclaré à l'AFP Patrick Collé, porte-parole de l'intersyndicale de la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et La Réunion.

"Il y avait trois ministères mais ils n'ont pas de poids manifestement face à l'Outre-mer et nous demandons à ce que Matignon reprenne le dossier", a poursuivi M. Collé, qui estime qu'on (le gouvernement) "est en train de foutre le feu dans ces départements".

Du côté du ministère des Outre-mer, on se dit très surpris de cet appel à la grève illimitée et d'autant plus que, jusqu'ici, les gérants s'étaient réjouis du très bon esprit de concertation depuis que les réunions se tiennent à Bercy.

Pour l'intersyndicale, les décrets Lurel qui visent à plus de transparence et aussi à faire baisser les marges jugées trop élevées des compagnies pétrolières dans les DOM "pousseront ses dernières à les rattraper à leur dépens, mettant ainsi en péril les 4.000 emplois qu'elles représentent".

Le ministère, reste ouvert pour poursuivre la concertation face au risque de paralysie des DOMs en saison haute touristique.